13 milliards de dollars évaporés au Nigeria

22/11/2013
13 milliards de dollars évaporés au Nigeria

La chambre basse du parlement nigérian a voté jeudi l'ouverture d'une enquête sur le géant pétrolier étatique NNPC, incapable de justifier l'absence de 13 milliards de dollars (9,6 milliards d'euros) issus de la vente de pétrole brut. 

Durant le débat parlementaire retransmis par la chaîne de télévision privée AIT, basée à Lagos, la Chambre des représentants a adopté une motion du député Haruna Manu, demandant à la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) de rendre publics le volume et la valeur du pétrole brut qu'elle a vendu durant les huit premiers mois de l'année.

Alors que la NNPC assure avoir reversé au gouvernement fédéral 20 milliards de dollars issus de la vente de brut entre janvier et août, les documents disponibles montrent que seulement sept milliards ont été payés à l'Etat, a accusé M. Manu.

Tous les revenus tirés par la NNPC de la vente de pétrole brut et de transactions similaires dans le secteur pétrolier doivent être reversés sur un compte bancaire gouvernemental spécialement dédié, le Federation Account, conformément à la section 162 de la constitution, a rappelé l'élu.

L'industrie pétrolière est régulièrement accusée de corruption et de mauvaise gestion.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.