Angola-France : réchauffement en vue

31/10/2013
Angola-France : réchauffement en vue

La France espère recevoir le président angolais José Eduardo dos Santos (photo) l'an prochain, a annoncé son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius en déplacement jeudi à Luanda pour réchauffer les relations diplomatiques avec ce pays, deuxième producteur pétrolier d'Afrique.

Le président dos Santos a précisé qu'il se rendrait avec plaisir en France et nous l'attendons je l'espère l'année prochaine, a déclaré M. Fabius à des journalistes à l'issue d'un entretien avec M. dos Santos.

Le souhait de la France c'est de passer à une nouvelle étape et j'ai le sentiment que le président dos Santos partage cette volonté, a encore indiqué M. Fabius, accompagné de représentants d'une quinzaine d'entreprises françaises dont Air France, Airbus, Alstom et BNP Paribas.

Les relations entre Paris et Luanda ont été empoisonnées durant toute la décennie 2000 par une affaire de vente d'armes durant la guerre civile aux ramifications politiques en France à laquelle la justice française n'a mis un point final qu'en 2011.

La dernière visite d'un dirigeant français à Luanda remonte à 2008 avec la venue du président français de l'époque Nicolas Sarkozy qui lui aussi, avait jugé que l'heure était venue de tourner la page des malentendus du passé. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.