Côte d'Ivoire : en voiture Simone !

11/12/2014
Côte d'Ivoire : en voiture Simone !

Simone Gbagbo

La Cour pénale internationale (CPI) a sommé jeudi la Côte d'Ivoire de lui livrer Simone Gbagbo, soupçonnée de crimes contre l'humanité, alors que les autorités ivoiriennes veulent juger elles-mêmes l'ex-Première dame, indique togodiplomatie.info.

Simone Gbagbo est soupçonnée par la CPI de crimes contre l'humanité présumés commis lors de la crise postélectorale meurtrière de 2010-2011. Surnommée la Dame de fer, elle est en outre inculpée par la justice ivoirienne d'atteinte à la sûreté de l'Etat en lien avec cette crise qui avait fait plus de 3.000 morts. 

La chambre préliminaire I de la CPI a rejeté l'exception d'irrecevabilité soulevée par la République de Côte d'Ivoire, a indiqué la Cour, qui siège à La Haye, dans un communiqué.

Simone Gbagbo, 65 ans, a été transférée le 1er décembre d'Odienné (nord-ouest du pays), où elle était en résidence surveillée depuis fin avril 2011, vers Abidjan.

Elle est désormais détenue dans une école militaire de la capitale économique ivoirienne, selon des sources proches du dossier.

Son mari Laurent Gbagbo est emprisonné depuis trois ans à La Haye en attente de son procès pour crimes contre l'humanité, qui doit s'ouvrir en 2015 devant la CPI.

Charles Blé Goudé, ancien proche de Laurent Gbagbo, est lui aussi écroué à la prison de la CPI et est également accusé de crimes contre l'humanité.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.