FMI : l’Afrique veut une meilleure représentation

18/08/2010
FMI : l’Afrique veut une meilleure représentation

Les responsables financiers des Etats d'Afrique ont réclamé une meilleure représentation du continent à la tête du Fonds monétaire internationale (FMI), mardi à l'issue d'une réunion de deux jours à Freetown, en Sierra Leone.
Les délégués, dont 39 ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales de 48 pays, ont demandé dans un communiqué, une voix plus importante "au Conseil exécutif du FMI afin d'améliorer l'efficacité de la représentation" de l'Afrique.
La Banque mondiale avait accru les droits de vote des pays en développement en 2008, mais le FMI, autre institution de Bretton Woods, n'a pas agi de même malgré des demandes répétées des Africains.
Dans leur communiqué, les Etats africains promettent de ratifier d'ici septembre le texte d'avril 2008 du Conseil des gouverneurs du FMI concernant des réformes sur la représentation des économies dynamiques, notamment des pays émergents, grâce à une augmentation des quotas pour les 54 pays membres.
Les responsables financiers africains se sont aussi engagés à "travailler avec leurs partenaires" internationaux afin de réduire les écarts en matière de développement et de pauvreté".

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les touristes en quête d'authenticité

Tourisme

L’Agence égyptienne de partenariat pour le développement organise depuis le début de la semaine au Caire un atelier de formation sur l’écotourisme.

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Semences israéliennes pour tomates togolaises

Coopération

Le Togo et Israël renforcement leur coopération dans la recherche agricole. Les tests sur la tomate s'annonce très encourageants.

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.