Fermeture effective de la mission de paix en Sierra Leone

05/03/2014
Fermeture effective de la mission de paix en Sierra Leone

Ban Ki-moon

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est arrivé tard mardi soir à Freetown pour une visite en prélude à la fermeture effective de la mission de paix en Sierra Leone mise en place il y a 15 ans.

Dans une résolution adoptée en mars 2013, le Conseil de sécurité de l'ONU avait décidé de proroger le mandat du Binucsil jusqu'au 31 mars 2014, date à laquelle le retrait de ce bureau devrait être complètement achevé.

Le Binucsil a démarré ses activités en octobre 2008. Il est la dernière formule des opérations de paix de l'ONU présentes depuis 1999 en Sierra Leone, pays ravagé pendant une décennie par la guerre civile (1991-2002) ayant fait 120.000 morts et des milliers de civils mutilés.

La toute première des missions de paix, la Minusil, avait été créée en octobre 1999, avec des effectifs ayant atteint près de 17.400 personnes au plus fort de ses activités.

En juin 2010, Ban Ki-moon s'était déjà rendu à Freetown où il s'était déclaré impressionné par la vitalité de la société civile sierra-léonaise après l'épisode tragique de la guerre.

Dans un rapport sur le Binucsil publié fin février 2013, il a estimé que depuis 2002, la Sierra Leone a accompli des progrès remarquables avec l'appui des Nations unies.

Le soutien des donateurs doit se poursuivre

Au cours de ses 15 années d'activité dans ce pays, l'ONU a aidé le gouvernement, les organisations de la société civile et les institutions et organisations nationales pour la mise en oeuvre des accords de paix, la tenue de trois élections libres, régulières et crédibles, le relèvement national, la transition vers l'exécution d'un programme plus global de consolidation de la paix, la promotion de la bonne gouvernance et des droits de l'homme, et le renforcement des capacités des institutions nationales, le tout en collaboration avec les gouvernements sierra-léonais successifs et l'engagement constat des partenaires internationaux, a expliqué M. Ban.

Le retrait du Binucsil ne doit pas servir de prétexte à une réduction des flux d'aides à destination de la Sierra Leone et il est indispensable que les donateurs lui apportent un soutien accru, a-t-il plaidé.

Après la guerre, la Sierra Leone a longtemps été marginalisée par les investisseurs étrangers. Mais le retour de la stabilité politique et d'importantes réformes économiques ont, depuis, changé la donne et y attirent des investisseurs intéressés notamment ses richesses minérales (diamant, or, bauxite...).

Ce pays de quelque 5,6 millions d'habitants reste cependant un des plus pauvres au monde.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.