Gabon : Bongo ou Ping ?

27/08/2016
Gabon : Bongo ou Ping ?

Ali Bongo Ondimba

Les Gabonais votaient samedi en nombre pour l'élection présidentielle où le chef de l'Etat sortant, Ali Bongo Ondimba, est menacé par son principal rival Jean Ping, un ex-cacique du régime qui prétend mettre un terme à la dynastie au pouvoir depuis près de 50 ans.

"Le jour de gloire est arrivé!", a proclamé M. Ping, 73 ans, après avoir voté dans un bureau de Libreville. "Nous nous préparons à célébrer la victoire. Vous savez qu'il y a un rejet total de nos adversaires", a lancé à la presse l'ex-patron de l'Union africaine (UA). 

Ali Bongo, 57 ans, a accompli son devoir électoral vers midi dans un bureau près du palais du bord de mer, siège de la présidence qu'il occupe depuis sa première élection en 2009 après la mort de son père Omar, au pouvoir pendant 41 ans. Le chef de l'Etat mené une une campagne à l'américaine avec pour slogan "Changeons ensemble".

Les 628'124 électeurs ont commencé à affluer dans le calme vers les bureaux de vote pour départager dix candidats. Les résultats du scrutin à un tour doivent être connus dans les 72 heures après la fermeture des bureaux ce samedi à partir de 18h00.

Frappée par la crise du pétrole, Port-Gentil est une des villes-symboles d'un scrutin sur fond de tensions économiques. Un tiers des quelque deux millions d'habitants vit dans la pauvreté malgré de grandes richesses forestières et minières.

Ali Bongo a longtemps fait figure de favori face à Jean Ping, plusieurs fois ministre sous Bongo père. Le rapport de forces s'est rééquilibré avec l'alliance de l'opposition autour de Jean Ping le 16 août, deux autres poids lourds de la vie politique locale s'étant désistés en sa faveur.

La campagne a été marquée par de violentes invectives. L'opposition a demandé en vain l'invalidation de la candidature d'Ali Bongo, répétant qu'il est un enfant du Nigéria adopté par son père, et qu'il ne peut de ce fait être président selon la Constitution.

Une quinzaine d'activistes sont toujours en prison depuis leur interpellation le 9 juillet lors d'une manifestation anti-Bongo. 

Des dizaines d'observateurs, notamment de l'Union européenne (UE) et de l'UA, supervisent le vote dans tout le pays. "En face nous savons qu'ils préparent la triche, c'est à vous d'être vigilants", a lancé M. Ping à la presse.

La question de la violence taraude les Gabonais, habitués à une certaine stabilité. "Des violences se préparent dans certains quartiers de Libreville et à Port-Gentil. Nous avons déjà identifié les leaders", a indiqué une source gouvernementale.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.