L’ONU dénonce l’anarchie en Centrafrique

18/05/2013
L’ONU dénonce l’anarchie en Centrafrique

La représentante du Secrétaire général de l’ONU en République centrafricaine, Margaret Vogt, a rappelé devant les membres du Conseil de sécurité l'urgence de créer une force neutre pour « contenir l'état actuel d'anarchie » régnant dans ce pays. Elle leur a également demandé d'envisager des sanctions contre les éléments de la Séléka, responsables de violations flagrantes des droits de l'homme.

« Le Conseil de sécurité doit agir rapidement pour protéger la population de l'assaut de ces groupes armés », a-t-elle déclaré, estimant que le moment est venu d'envisager l'imposition de sanctions individuelles contre les auteurs de ces violations flagrantes du droit international. 

Les hostilités ont éclaté en Centrafrique en décembre 2012, lorsque la coalition rebelle Séléka a lancé une série d'attaques, pris le contrôle des principales villes du pays puis s’est emparée de Bangui, avant d'accepter d'entamer des pourparlers de paix sous les auspices de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC).

Les accords de Libreville conclus en janvier 2013 précisent que toutes les forces de sécurité doivent être cantonnées, désarmées et démobilisées pour être converties en une force de sécurité réformée. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.