Mission à Abidjan : aucun résultat tangible

03/01/2011
Mission à Abidjan : aucun résultat tangible

Les émissaires africains chargés de trouver une issue à la crise en Côte d'Ivoire ont indiqué avoir eu une discussion "utile" lundi à Abidjan avec Laurent Gbagbo, sous la menace d'une intervention militaire de l'Afrique de l'Ouest s'il ne cède pas le pouvoir.
La rencontre a été "utile", a affirmé, sans plus de précision, le Premier ministre kényan Raila Odinga, envoyé par l'Union africaine.
Il s'est entretenu pendant environ deux heures avec M. Gbagbo au palais présidentiel, en compagnie des présidents Boni Yayi (Bénin), Ernest Koroma (Sierra Leone) et Pedro Pires (Cap-Vert), mandatés par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao).
La Cédéao a exigé le retrait de M. Gbagbo au profit d'Alassane Ouattara, reconnu président par la communauté internationale à l'issue de l'élection du 28 novembre, qui a plongé le pays dans une crise ayant fait près de 200 morts selon l'ONU.
"Nous allons revenir", a déclaré le président béninois, tandis qu'acquiesçait M. Gbagbo, souriant.
Les médiateurs ont ensuite retrouvé M. Ouattara dans son quartier général du Golf hôtel, où il est retranché avec son gouvernement, pour des discussions qui se poursuivaient vers 20H30 (locales et GMT). Le "Golf" est protégé par 800 Casques bleus et soumis à un blocus routier des forces fidèles au régime.
La Sierra Leone avait averti lundi matin qu'"aucun compromis" n'était envisageable avec M. Gbagbo, près d'une semaine après une première mission infructueuse de MM. Yayi, Koroma et Pires.
Selon le ministre de l'Information et porte-parole du gouvernement sierra-léonais, Ibrahim Ben Kargbo, il s'agissait d'offrir au président sortant des conditions pour "faciliter" son départ. "Nous essayons de favoriser un départ paisible afin qu'il puisse quitter ses fonctions dignement".
La Cédéao a menacé M. Gbagbo d'une intervention militaire, un "dernier recours" actuellement en préparation, s'il n'acceptait pas de quitter le pouvoir pacifiquement.
Au moins huit personnes ont été tuées lundi à Duékoué (à 600 km à l'ouest d'Abidjan) dans des affrontements entre des partisans de Laurent Gbagbo et ceux d'Alassane Ouattara.
Selon la police, le bilan se chiffre à huit morts dont deux femmes calcinées, plus de 50 blessés et une centaine de maisons incendiées.
Les affrontements ont opposé des autochtones, membres de milices favorables à Laurent Gbagbo, et des "dioulas" ressortissants du nord du pays comme Alassane Ouattara.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.