Printemps arabe, été rigoureux

03/07/2013
Printemps arabe, été rigoureux

L'armée égyptienne a renversé mercredi soir le président islamiste Mohamed Morsi (photo). Ce dernier a été remplacé par le président du conseil constitutionnel Adly Mansour jusqu'à la tenue d'une élection présidentielle anticipée.

La Constitution est en outre suspendue, a annoncé le chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, dans une allocution à la télévision égyptienne. Cette annonce a déclenché une explosion de joie des anti-Morsi qui manifestaient en masse à travers le pays.

Des voitures défilaient en klaxonnant à travers Le Caire, tandis que la foule massée sur l'emblématique place Tahrir exultait au moment du discours télévisé.

Il reviendra au nouveau président, doté du pouvoir de gouverner par décrets, de désigner un gouvernement de technocrates pendant la période de transition.

Les militaires avaient donné au chef de l'Etat jusqu'à 17h00 (heure en Suisse) pour répondre aux attentes des centaines de milliers de manifestants réclamant son départ depuis plusieurs jours. A l'expiration de ce délai, et alors qu'aucun accord n'avait été trouvé, les choses se sont accélérées.

L'armée a d'abord pris position dans plusieurs lieux stratégiques du Caire, près du palais présidentiel et devant le siège de la télévision nationale, alors que le président se trouvait dans une caserne de la Garde républicaine, sans que l'on sache s'il était détenu ou restait libre de ses mouvements.

Elle a ensuite apporté son soutien à la "feuille de route" mise au point par l'opposition, les dignitaires religieux ainsi que les mouvements de jeunesse.

Enfin, elle a informé M. Morsi à 19h00, deux heures après l'ultimatum, qu'il n'était plus président de l'Egypte un an après sa prise de fonction, a rapporté le journal officiel "Al Ahram" citant une source présidentielle.

Le représentant de l'opposition désigné la veille, le Prix Nobel de la Paix Mohammed ElBaradei, qui s'est exprimé après le général al-Sissi avec qui il a mené les tractations, a estimé de son côté que ces mesures "répondent aux aspirations du peuple".

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.