Assemblées générales à Shanghai

13/05/2007
Assemblées générales à Shanghai

Pour la deuxième fois seulement de son histoire, la Banque africaine de Développement se réunit cette semaine hors d'Afrique et tient symboliquement ses assemblées générales en Asie, à Shanghai, la capitale économique de la Chine, de plus en plus présente sur le continent noir.

"C'est la première fois que la BAD se réunit en Asie. Nous y attachons une grande importance", souligne-t-on au ministère des Affaires étrangères chinois."Le choix s'explique par le renforcement des relations entre l'Afrique et l'Asie", a expliqué la BAD.

Le volume des échanges commerciaux entre l'Afrique et l'Asie a en effet doublé entre 2001 et 2005 pour atteindre 119,9 milliards de dollars, selon ses statistiques.

Mercredi et jeudi à Shanghai, deux mille personnes sont attendues pour les assemblées du groupe qui, outre la BAD, comprend le Fonds africain de développement et le Fonds spécial du Nigeria.

Cette rencontre succède au fastueux sommet ayant réuni en novembre à Pékin 48 nations africaines et reflète "le désir du gouvernement chinois de renforcer la coopération politique et économique", estime un chercheur de l'Institut d'Etudes internationales de Chine, Wang Hongyi.

Sous l'impulsion notamment du président Hu Jintao, qui a mené pas moins de trois tournées sur le continent depuis 2004, cette coopération a décollé ces dernières années.

Entre 2001 et 2006, les échanges sont passés de 10,8 milliards de dollars à 55,46 milliards de dollars, selon le ministère chinois du Commerce. Parallèlement, les entreprises chinoises ont accru leurs investissements : plus de 175 millions de dollars en 2005, essentiellement dans le secteur pétrolier, selon la BAD.

Car si la Chine courtise l'Afrique pour son poids diplomatique, notamment à l'ONU, elle y trouve aussi "un nouveau grenier où s'approvisionner en pétrole, minerais, bois d'oeuvre et même produits agricoles", souligne Valérie Niquet dans une lettre du centre Asie de l'IFRI, qu'elle dirige.

Cette attitude vaut à la Chine d'être régulièrement accusée de mener en Afrique une politique néocolonialiste ou de ne voir dans ce continent qu'une source d'approvisionnements en matières premières.

Elle est ainsi critiquée pour son soutien au Soudan dont elle absorbe 60% de la production pétrolière, et qu'elle protège de sanctions de l'ONU.

Toutefois, "la situation au Darfour attirant une attention importante de la communauté internationale", Pékin a fait un geste jeudi et créé un poste de représentant spécial pour l'Afrique, appelé à se consacrer au conflit dans cette région de l'ouest du Soudan.

Pékin insiste sur sa volonté de "construire un nouveau type de partenariat stratégique" avec le continent et repousse systématiquement les accusations qui ne trouvent d'ailleurs pas forcément écho en Afrique.

"La plupart des Africains voient le rôle de la Chine de façon positive. Surtout parce qu'ils en ont assez des leçons des Occidentaux sur la façon dont ils devraient se développer", souligne Peter Draper, un spécialiste des questions commerciales du South African Institute for International Affairs à Johannesburg.

"La Chine est perçue comme un partenaire de développement davantage bienveillant", ajoute-t-il.

"Afrique-Asie, partenaires de développement" est d'ailleurs le thème des assemblées de la BAD en Chine, l'un de ses 24 membres non africains pour 53 actionnaires africains, où la banque vient "s'inspirer de l'expérience de l'Asie en matière de réduction de la pauvreté".

La BAD dispose d'un siège temporaire en Tunisie depuis le déclenchement de la crise en Côte d'Ivoire, mais les dirigeants ivoiriens espèrent convaincre l'institution de regagner son immeuble historique du quartier du Plateau à Abidjan.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les hommes qui savent aimer Valentine

Culture

La jeune chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit sa carrière à un rythme impressionnant. Elle vient de dévoiler son nouveau clip.

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.