De nombreux officiels étrangers aux obsèques d'Omar Bongo

16/06/2009
De nombreux officiels étrangers aux obsèques d'Omar Bongo

Une quinzaine de chefs d'Etat, dont le français Nicolas Sarkozy, ont assisté mardi à Libreville aux obsèques solennelles du président du Gabon, Omar Bongo, après 41 ans au pouvoir et dont la succession attise les luttes en coulisses.

Après une minute de silence, les invités étrangers, parmi lesquels figuraient la plupart des présidents de l'Afrique francophone et des représentants de nombreux Etats comme Israël qui avait dépêché le directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères, Jacques Revah (photo), se sont inclinés à tour de rôle devant le cercueil recouvert par le drapeau du Gabon.Toute la classe politique gabonaise et la famille Bongo, des représentants d'institutions internationales et nombre de figures de la "Françafrique" ont rendu hommage à Omar Bongo Ondimba, dont le décès à 73 ans, en Espagne où il était hospitalisé, a été annoncé le 8 juin.

Après un culte oecuménique, quelques personnalités gabonaises ont prononcé des oraisons funèbres très attendues dans le climat tendu de la succession.

Jusqu'ici, la voie constitutionnelle a été respectée: l'intérim à la tête de l'Etat a été confié à la présidente du Sénat Rose Francine Rogombé, chargée d'organiser un scrutin présidentiel 45 jours au plus tard après sa prise de fonctions intervenue le 10 juin.

Mais en coulisses, les tractations vont bon train et le parti présidentiel peine à s'accorder sur un candidat. Selon des sources proches du pouvoir, Ali Ben Bongo, ministre de la Défense et fils du défunt, souhaite s'imposer comme successeur, une solution qui provoque des résistances au sein même du régime.

Parlant au nom de la famille, Ali Bongo s'est engagé dans son oraison funèbre à perpétuer l'héritage paternel.

"Nous, tes enfants, ta famille, prenons l'engagement solennel de garder allumée avec l'aide de nos concitoyens la flamme sacrée de l'harmonie familiale, de la concorde républicaine et de l'unité nationale", a-t-il lancé, essuyant une larme.

"La Constitution, rien que la Constitution", a affirmé de son côté le Premier ministre Jean Eyeghé Ndong, qui accuse, selon des sources concordantes, Ali Bongo de vouloir passer en force sans respecter la Loi fondamentale.

Un défilé militaire devait ensuite commencer sur le bord de mer devant des milliers de Gabonais.

"Papa Bongo Ondimba, les Gabonais te pleurent", scandait en boucle, avant la cérémonie, une chanson diffusée dans la cour de l'imposant palais présidentiel. Après 41 ans, le nom du président finissait par se confondre avec celui de son pays - parfois surnommé "Bongoland".

Un important dispositif militaire était déployé dans la capitale de ce pays pétrolier d'Afrique équatoriale, placardée d'affiches géantes promettant: "Gloire éternelle à notre regretté président".

Des affiches à l'image de l'hommage grandiose que les autorités ont voulu organiser une semaine durant, jusqu'à l'inhumation prévue jeudi dans la région natale d'Omar Bongo dans le sud-est du Gabon, où le cercueil devait s'envoler mardi après-midi.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.