Dynamique de paix à New York

19/09/2007
Dynamique de paix à New York

L'ONU et l'Union africaine (UA) réunissent vendredi à New York un groupe de contact élargi sur le Darfour, afin de créer une dynamique pouvant aboutir à un règlement final du conflit qui déchire cette province de l'ouest du Soudan depuis quatre ans et demi.

Cette "réunion de haut niveau" d'une journée rassemblera des ministres ou de hauts responsables gouvernementaux d'une trentaine de pays, sous l'égide du secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et du président de la Commission de l'Union africaine (UA), Alpha Oumar Konaré.Elle se tiendra en prélude au débat annuel des chefs d'Etat de l'Assemblée générale de l'ONU, la semaine prochaine.

M. Ban, qui a fait du dossier du Darfour sa première priorité, veut poursuivre sur la lancée de son récent voyage au Soudan, au Tchad et en Libye, dont il est revenu avec le sentiment d'avoir fait "un progrès sensible" sur la voie de la paix et de la sécurité au Darfour.

"J'espère que nous serons en mesure de dessiner notre stratégie et notre feuille de route pour les prochaines négociations politiques en Libye", a-t-il déclaré mardi lors d'une conférence de presse à New York. "Nous allons devoir redoubler d'efforts pour ne pas perdre l'élan positif que nous sommes parvenus à créer", a-t-il ajouté.

Au Soudan début septembre, M. Ban a obtenu d'une part l'accord formel du gouvernement soudanais à l'envoi d'une force hybride ONU-UA de 26.000 hommes au Darfour, pour protéger les populations, et la promesse du président Omar el-Béchir de coopérer à son déploiement.

Cet accord a été très difficile à arracher, nécessitant de longs mois de négociations et l'engagement personnel de M. Ban. Après un premier accord de principe de M. Béchir, le Conseil de sécurité a adopté une résolution fin juillet prévoyant ce déploiement, qui ne devrait toutefois pas être achevé avant le milieu de 2008.

Soucieux d'avancer en même temps sur le volet politique du problème, le chef de l'ONU a obtenu d'autre part, lors du même voyage, la reprise des négociations de paix au Darfour entre le gouvernement soudanais et les groupes rebelles, annoncée pour le 27 octobre en Libye.

De passage ensuite à N'djamena puis à Syrte (Libye), M. Ban a également enregistré le soutien du président tchadien Idriss Déby Itno, puis du numéro un libyen Mouammar Kadhafi, à cette conférence.

La coopération du Tchad et de la Libye, ainsi que de l'Egypte et de l'Erythrée, doit être discutée lors de la réunion de vendredi, selon M. Ban. Ces quatre "acteurs régionaux", directement concernés par la stabilité de leur voisin soudanais, ont des liens avec certains des nombreux groupes rebelles du Darfour.

L'une des difficultés avant la réunion de Tripoli du 27 octobre sera justement de convaincre tous les chefs rebelles d'y participer.

Enfin lors de sa tournée africaine, le secrétaire général de l'ONU a pris la mesure de la complexité du conflit au Darfour. "Il faut une approche globale, les solutions ne peuvent pas être dissociées les unes des autres", écrivait-il vendredi dans une tribune publiée par le Washington Post. "La crise a des causes nombreuses, nous devons les traiter toutes ensemble: sécurité, politique, ressources, eau, questions humanitaires et de développement", ajoutait-il.

La guerre civile au Darfour a fait 200.000 morts depuis février 2003 et plus de deux millions de déplacés, selon l'ONU, et se poursuit avec son lot quasi-quotidien de violences. Khartoum conteste ces chiffres, parlant de 9.000 morts.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.

Promotion de la culture Tem

Culture

Le festival international des musiques et danses traditionnelles TEM Festekpe aura lieu 9 au 11 décembre  à Sokodé.

UEMOA : le Sénégal remporte la coupe

Sport

Les Lions du Sénégal ont battu samedi par 1-0 les Aigles du Mali en finale de la 7e édition du tournoi de l'intégration de l'UEMOA.

Infrastructures de base : nouvel engagement de l’UE

Coopération

Améliorer l’accès à l’eau potable et proposer de meilleures conditions sanitaires aux habitants de Notsé. C'est l'objectif d'un programme financé par l'UE.