L'opposition boude le dialogue

14/04/2009
L'opposition boude le dialogue

Le "dialogue républicain" devant regrouper pouvoir, opposition et société civile du Congo avant l'élection présidentielle de juillet s'est ouvert mardi à 17h00 (16H00 GMT) au Parlement de Brazzaville en l'absence de membres importants de l'opposition.

Le Premier ministre a ouvert la séance avec deux heures de retard sur l'horaire prévu devant une salle où figuraient des membres du gouvernement, des représentants de l'Eglise ainsi que du corps diplomatique, et des élus de la majorité mais sans aucun membre important de l'opposition.Le président du Sénat André Obami Itou a été désigné comme président de séance.

L'opposition avait fait part à plusieurs occasions de son scepticisme depuis l'annonce de cette rencontre, estimant qu'elle ne visait qu'à légitimer la Commission électorale, qu'elle juge partiale. Toutefois, elle n'avait pas fait part de sa volonté de boycotter la réunion.

Dans la nuit de lundi à mardi, au moins quatre obus de mortier sont tombés dans le quartier de Ouenzé, un quartier populaire du nord de Brazzaville, sans faire des victime mais causant des dégâts matériels.

Si le gouvernement réfute tout lien avec la tenue du Dialogue républicain, un membre d'une association de défense des droits de l'Homme a lui fait le rapprochement: "C'est peut-être une façon pour eux (ceux qui ont tiré) de demander aux hommes politiques de s'entendre".

L'opposition, la société civile mais aussi le clergé réclamaient ce dialogue avant la présidentielle, les législatives de 2007 et les locales de 2008 ayant été marquées par des fraudes et dysfonctionnements dénoncés par les observateurs de l'Union africaine (UA).

Le gouvernement avait semblé faire un geste en annonçant la tenue d'un dialogue en mars, lors de la visite à Brazzaville du président français Nicolas Sarkozy.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.

'Une étape importante vers l'apaisement en Guinée-Bissau'

Cédéao

Le président Faure Gnassingbé a salué mardi la nomination d’un Premier ministre de consensus en Guinée Bissau.

Le CHR d'Atakpamé va disposer d'une unité de soins critiques

Santé

L’hôpital régional d’Atakpamé disposera dans quelques semaines d’une unité de traumatologie ultra-moderne. Un don de la coopération israélienne.