Le crépuscule de Robert Mugabe

02/04/2008
Le crépuscule de Robert Mugabe

La pression augmentait mercredi sur le chef de l'Etat zimbabwéen Robert Mugabe pour qu'il publie les résultats de la présidentielle du 29 mars, qui pourrait signer la fin de ses 28 ans de règne sans partage.

Signe d'un bouleversement en cours, le quotidien d'Etat The Herald a avoué mercredi que "la tendance des résultats du scrutin présidentiel montrait qu'aucun des candidats ne va recueillir plus de 50% des voix, ce qui implique un second tour."Avant les élections, The Herald projetait que Mugabe l'emporterait avec 57%.

Il s'agit de la première reconnaissance semi-officielle que le président Mugabe n'a pas remporté la victoire annoncée, alors que les résultats se font toujours attendre.

Les Occidentaux ont à plusieurs reprises appelé le régime à publier au plus vite ces résultats, Washington et l'Union européenne allant jusqu'à évoquer la victoire de l'opposition.

"Il est clair que les Zimbabwéens ont voté pour le changement", a déclaré mardi soir la Maison blanche.

Le ministre slovène des Affaires étrangères Dimitrij Rupel, dont le pays préside l'UE, a estimé que Mugabe "avait perdu les élections".

Le président sud-africain Thabo Mbeki, mandaté il y a un an par les pays d'Afrique australe pour relancer le dialogue entre le pouvoir et l'opposition au Zimbabwe, observait en revanche un silence assourdissant. Sa diplomatie conciliante vis-à-vis du héros de l'indépendance de l'ex-Rhodésie britannique a souvent été critiquée.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown et le président américain George Bush lui ont téléphoné mardi, selon des sources proches du gouvernement à Pretoria.

Au Zimbabwe, plusieurs sources ont indiqué à l'AFP que des discussions étaient en cours entre des proches du chef de l'Etat et des représentants du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition) pour négocier un "départ en douceur" de Mugabe.

"Il est prêt à quitter le pouvoir parce qu'il ne veut pas se mettre dans l'embarras en affrontant un second tour", a assuré un responsable de l'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF, au pouvoir), sous couvert d'anonymat.

Selon cette source, "seule une personne l'en empêche encore, le chef de l'armée" Constantine Chiwenga.

Le gouvernement a nié l'existence d'un dialogue entre les deux partis. Le chef du MDC, Morgan Tsvangirai, a refusé mardi soir de confirmer des négociations, préférant attendre que la commission électorale confirme les résultats: "Toute spéculation sur des accords, des négociations, n'a pas lieu d'être parce que les résultats n'ont pas été annoncés".

Il a toutefois menacé de publier ses propres résultats à la présidentielle si la commission électorale ne le faisait pas mercredi.

Cet organe, dont les membres ont été nommés par le chef de l'Etat, s'est contenté jusque-là de publier au compte-gouttes les résultats des législatives, appelant les Zimbabwéens à "la patience".

A 08H00 GMT mercredi, les résultats officiels portaient sur 188 des 210 sièges de députés et montraient une légère avance pour le MDC avec 96 sièges contre 92 à la Zanu-PF. Cinq des sièges du MDC reviennent à la tendance dissidente d'Arthur Mutambara.

L'intégralité des sièges de l'Assemblée nationale devraient être attribués dans la journée, ainsi que ceux du Sénat, selon une source au sein de la commission.

Dans ce contexte d'incertitude, la police a indiqué qu'elle comptait déployer davantage de forces: "La police va rester là où elle est déployée. Nous allons également nous déployer dans d'autres quartiers pour maintenir l'atmophère pacifique qui prévaut actuellement".

Samedi, quelque 5,9 millions de Zimbabwéens ont voté pour élire leur président et députés, leurs sénateurs et conseillers municipaux, avec le marasme de l'économie pour principal enjeu.

L'ancien grenier à céréales de la région est en ruine, avec une hyperinflation supérieure à 100.000%, quatre adultes sur cinq au chômage, et des magasins vides.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.