Massacre

13/02/2009
Massacre

Au moins 100 civils ont été "massacrés" par les rebelles hutu rwandais depuis le début de l'opération rwando-congolaise lancée contre ces derniers le 20 janvier dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé vendredi l'ONG Human Rights Watch (HRW).

"Entre le 20 janvier et le 8 février 2009, les rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) ont massacré au moins 100 civils congolais dans les provinces du Kivu" (est de la RDC), indique l'organisation dans un communiqué reçu par l'AFP à Kinshasa, se basant sur des récits de témoins."Les FDLR traînent derrière elles un passé horrible mais cela fait des années que nous n'avons pas constaté ce degré de violence", explique-t-elle, affirmant que "les récentes tueries ont atteint des proportions effroyables".

L'ONG, basée à New York, rapporte également plusieurs viols de femmes commis par des FDLR et des soldats rwandais depuis le début des opérations.

"La protection des civils doit être considérée comme une priorité absolue lors des opérations militaires, afin de contribuer à empêcher qu'une fois encore, ce soient les civils congolais qui paient le prix fort", insiste HRW.

"Bien que les forces de la coalition affirment être disposées à partager avec la Monuc (Mission des Nations unies au Congo) les renseignements concernant leur campagne, ce partage d'informations a été parcimonieux et trop tardif pour permettre aux forces de l'ONU de planifier la protection dont ont besoin les civils", regrette enfin l'organisation de défense des droits de l'Homme.

Les armées de Kinshasa et Kigali ont lancé le 20 janvier dans l'est de la RDC une opération conjointe sans précédent visant à neutraliser les rebelles hutu rwandais, estimés à environ 6.500 hommes et réfugiés en RDC depuis le génocide au Rwanda de 1994, auquel certains ont participé.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.

'Une étape importante vers l'apaisement en Guinée-Bissau'

Cédéao

Le président Faure Gnassingbé a salué mardi la nomination d’un Premier ministre de consensus en Guinée Bissau.

Le CHR d'Atakpamé va disposer d'une unité de soins critiques

Santé

L’hôpital régional d’Atakpamé disposera dans quelques semaines d’une unité de traumatologie ultra-moderne. Un don de la coopération israélienne.