Très chère Leezza

26/06/2009
Très chère Leezza

Le numéro un libyen, Mouammar Kadhafi, avait couvert de cadeaux la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, lors de sa visite historique à Tripoli en septembre dernier, révèle un rapport du département d'Etat publié jeudi.

Le colonel Kadhafi, qui ne cachait pas son admiration pour celle qu'il appelait "Leezza" ou "ma petite femme noire africaine", lui a notamment offert une bague en diamant et un pendentif décoré de son portrait, selon ce rapport sur les cadeaux officiels reçus par les responsables de l'administration américaine en 2008, publié au Federal Register, le journal officiel américain.Premier chef de diplomatie américaine à se rendre en Libye depuis 55 ans, Mme Rice s'est également vu remettre un instrument de musique des mains du numéro un libyen lors de leur rencontre le 5 septembre, indique le rapport, qui évalue l'ensemble de ces présents à 212.225 dollars.

Le Federal Register ne précise pas de quel instrument de musique il s'agit, mais l'agence officielle libyenne Jana avait mentionné un luth parmi les cadeaux remis par le colonel Kadhafi à Mme Rice.

Le porte-parole de Mme Rice, Sean McCormack, s'était lui aussi vu remettre un cadeau de la part de M. Kadhafi: une montre suisse décorée d'un portrait du numéro un libyen.

Tous ces cadeaux entreront dans le domaine public, la loi américaine interdisant à tout représentant du gouvernement d'accepter le moindre cadeau d'un gouvernement étranger.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca fait mal !

Sport

Ecrasée par le Sénégal (6-0), jeudi, l’équipe féminine des Eperviers a vécu encore pire samedi.

Deux matchs avancés samedi

Sport

En match avancé samedi à Lomé As Togo-Port a battu Maranatha par 1 but contre 0. De son côté, Sémassi s’est imposée face à Asko (2-1).

Inauguration d'une usine pharmaceutique

Santé

Faure Gnassingbé a inauguré vendredi une usine pharmaceutique à Avéta (25km de Lomé). 

Dégringolade

Sport

Un classement qui ne va pas faire plaisir aux dirigeants de la Fédération togolaise de football.