Concilier intérêts régionaux et souveraineté

11/09/2012
Concilier intérêts régionaux et souveraineté

Cinq députés togolais siègent, depuis août 2011, au Parlement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cédéao). Ils occupent des postes au sein des différentes commissions, dont celle des Droits de l’homme, des Affaires juridiques et de la Sécurité et de la Paix.

Ces élus étaient mardi devant leurs collègues nationaux à Lomé pour faire le point de leurs activités et pour convaincre que la Chambre communautaire est utile au développement de la région et à la protection des populations.

« Nous nous battons pour l’égalité des sexes. Les femmes représentent 50% de la population et on ne peut pas parler de développement sans leur apport. Nous assurons aussi la promotion de la scolarisation des jeunes filles grâce au vote de textes qui s’imposeront à tous les Etats membres. Notre travail est donc conséquent», a indiqué Nicodème Habia (photo), président de la Commission permanente « Genre, emploi et bien-être social» au Parlement d’Abuja.

Il a précisé que les députés togolais avaient contribué à l’élaboration de nombreux textes communautaires, comme celui sur la libre circulation des personnes et des biens qui est un fondamental de la Cédéao.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.