Guinée Bissau : les sanctions sont effectives

06/02/2018
Guinée Bissau : les sanctions sont effectives

Le siège du PAIGC à Bissau

Fasse à l’impasse en Guinée Bissau, le président de la Cédéao Faure Gnassingbé, a décidé d’imposer des sanctions contre un certain nombre de responsables politiques qui constituent une entrave à la résolution de la crise.

La décision est effective depuis le 4 février. Les sanctions frappent au total 19 responsables politiques.

Concrètement, les sanctions portent sur la suspension de toute participation aux activités de la Cédéao, l’interdiction de voyager et refus de visas à l’encontre des 19 personnes et de leur famille. Enfin il est imposé un gel des avoirs financiers là où ils sont déposés.

En fonction de l’évolution de la situation, la liste des individus blacklistés pourra être revue.

Faure Gnassingbé s’est engagé personnellement pour parvenir à un accord en Guinée Bissau. Il a rencontré le président de ce pays à deux reprises en un mois et a envoyé son ministre des Affaires étrangères à Bissau afin d’y rencontrer les protagonistes.

Mais ces derniers ne semblent pas être dans une logique de sortie de crise … pour le moment.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.

Incendie des marchés : six personnes recouvrent la liberté

Justice

Six personnes incarcérées dans le cadre des incendies criminels des marchés de Lomé et de Kara (janvier 2013) ont bénéficié mercredi d’une remise en liberté provisoire.

La mode dans tous ses états

Culture

Le FIMO 228, Festival international de la mode au Togo, s’est ouvert mardi à l’hôtel Ibis de Lomé.