La Cédéao monte en puissance au Mali

27/03/2012
La Cédéao monte en puissance au Mali

Le sommet extraordinaire des chefs d'Etat ouest-africains auquel participait le président du Togo, Faure Gnassingbé, a décidé mardi de l'envoi dans les 48 heures d'une délégation de plusieurs chefs d'Etat pour permettre un retour rapide à l'ordre constitutionnel au Mali après le coup d'Etat militaire du 22 mars.

Cette délégation sera conduite par le chef de l'Etat ivoirien, Alassane Ouattara, chef de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao, 15 Etats) et sera composée de ses homologues du Burkina (Blaise Compaoré), du Bénin (Bony Yayi) du Liberia (Ellen Johnson Sirleaf), du Niger (Mahamadou Issoufou) et du Nigeria (Goodluck Jonathan). 

La Cédéao autorise également la montée en puissance de sa force pour parer à toute éventualité.

La conférence a également exigé un cessez-le-feu immédiat à travers tout le Mali où la rébellion maintient la pression dans le nord.

Le président burkinabè, Blaise Compaoré a été nommé médiateur dans la crise malienne avec pour mission de prendre contact avec toutes les parties prenantes en vue d'engager un dialogue fructueux pour la restauration de la paix dans le pays.

En cas de non respect par les mouvements de cette décision, la conférence prendra toutes les mesures pour mettre fin à la rébellion et veillera à préserver l'intégrité territoriale du Mali y compris par l'utilisation de la force, souligne le communiqué final.

Les chefs d'Etat ouest-africains ont décidé mardi de l'envoi d'une délégation de chefs d'Etat-major de pays de la sous-région pour apprécier la situation militaire sur le terrain au Mali.

La conférence décide de dépêcher au Mali une délégation de membres des chefs d'état-major du Bénin, du Burkina, de la Côte d'Ivoire, du Nigeria, du Sénégal et du Togo, avec pour mission de sensibiliser la junte sur la nécessité d'un retour à l'ordre constitutionnel et d'apprécier la situation, souligne le communiqué final sans préciser la date.

En photo : Alassane Ouattara, président de Côte d'Ivoire et de la Cédéao (gauche) et Faure Gnassingbé en novembre 2011 à Lomé

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une affaire qui ne tient pas la route

Finances

Après deux journées en garde à vue, Vincent Bolloré est ressorti mercredi soir du bureau des juges financiers parisiens avec une mise en examen pour ‘corruption’.

Exploiter la puissance du commerce pour lutter contre la pauvreté

Développement

Le Togo a bénéficié pendant 3 ans du Cadre intégré renforcé (CIR), une initiative de l'organisation mondiale du commerce. 

La qualité des soins est l'objectif central

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu mardi au CHU Sylvanus Olympio de Lomé, le plus grand hôpital du pays.

Mutualiser le renseignement

Coopération

Les ministres de la Sécurité du Conseil de l’Entente ont validé ce weekend à Lomé le mécanisme ‘Entente Renseignements’.