Le Niger écope d'une suspension

20/10/2009
Le Niger écope d'une suspension

Malgré des appels de la communauté internationale à reporter les élections législatives boycottées par l'opposition, le président nigérien a maintenu le scrutin entraînant la suspension du Niger de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest. La Cédéao a officiellement annoncé mardi soir qu'elle ne reconnaîtra pas le résultat de ce scrutin et a convié "les principaux acteurs politiques du Niger" à une "réunion consultative" le 30 octobre prochain à Abuja.

Le vote s'est terminé à 18H30 (17H30 GMT). Les résultats ne seront pas proclamés avant trois jours a prévenu la commission nationale indépendante (CENI) chargée de regrouper les résultats.Le scrutin a débuté mardi à 07H45 locales (06H45 GMT), en dépit des appels de l'Union africaine (UA), de la Cédéao et de l'Union européenne (UE) à les reporter pour renouer le dialogue politique entre le président Mamadou Tandja et l'opposition qui depuis des mois dénonce un "coup d'état" constitutionnel du chef de l'Etat.

Dans un communiqué diffusé en début de soirée, le président en exercice de la Cédéao, le nigérian Umaru Musa Yar'Adua, a "regretté" le fait que les autorités du Niger n'aient pas suivi les décisions du sommet de l'organisation régionale, samedi dernier à Abuja, qui avait demandé le report sine die du scrutin pour favoriser le dialogue entre le président et l'opposition.

"La tenue de ces élections s'est faite au mépris total des chefs d'Etat et de gouvernement de la Cédéao et témoigne de la volonté manifeste des autorités nigériennes de poursuivre dans la voie de l'illégalité constitutionnelle qui prévaut actuellement", poursuit le communiqué.

"Cela signifie également le rejet des appels au dialogue pour résoudre la crise constitutionnelle dans laquelle s'enfonce le pays", poursuit M. Yar'adua.

Les six millions d'électeurs inscrits doivent choisir les 113 députés du Parlement que Mamadou Tandja avait dissous en mai pour faire passer son projet de référendum constitutionnel. Cette consultation, organisée le 4 août, a permis au chef de l'Etat, au pouvoir depuis dix ans, d'obtenir une prolongation de trois ans de son mandat jusqu'en 2012.

Aux législatives mardi, il y avait bien quelques candidats indépendants, mais la vingtaine de formations en lice étaient pour la plupart proches du régime.

Selon plusieurs observateurs et des médias indépendants nigériens, la participation semblait assez faible en milieu de journée, notamment à Niamey.

Au bureau de vote 47 de Gamkalé, à la périphérie sud de la capitale, la pile de bulletins de la douzaine de candidats en lice est restée quasi-intacte. Deux heures après le début du vote, on ne pouvait voir que deux enveloppes dans l'urne transparente dans ce bureau où 500 électeurs sont inscrits.

La radio d'Etat a assuré que les opérations se déroulaient "dans le calme" et exhorté les électeurs à voter en masse.

La demande de report "est inappropriée et ils (la communauté internationale) le savent. Les menaces de sanctions sont mal fondées, vous ne pouvez pas demander à un peuple de se dédire", a ainsi déclaré aux journalistes le très influent ministre de l'Intérieur Albadé Abouba.

Lundi l'UE, gros bailleur de fonds du Niger, avait demandé le report du scrutin et mis en garde contre son "impact négatif sur les relations du Niger avec l'Union européenne". L'UE pourrait activer l'article 96 des Accords de Cotonou, qui prévoit la possibilité d'une suspension de la coopération communautaire en cas de non respect de critères démocratiques et de défense des droits de l'Homme.


La Cédéao, qui a son siège à Abuja, compte 15 pays membres: huit francophones (Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Niger, Sénégal et Togo), cinq anglophones (Gambie, Ghana, Liberia, Nigeria et Sierra Leone) et deux lusophones (Cap Vert et Guinée-Bissau). La Mauritanie s'en est retirée en décembre 2000.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le vivre ensemble passe par les cultures

Diaspora

lLa Semaine de l’intégration africaine se poursuit à Lomé. Mercredi, les participants ont pu assister à animations culturelles.

Erreurs de jeunesse

Social

Kondé Sangbana, le président du Conseil national du dialogue social (CNDS), a rappelé mercredi le rôle primordial de l’institution qu’il dirige pour régler les conflits.

Fonctionnement de la justice perturbé

Justice

Le fonctionnement de la justice est perturbé depuis le début de la semaine par une grève des greffiers qui réclament une amélioration de leur condition de vie et de travail.

Prochaine ratification de l'accord sur le climat

Environnement

Les députés ont autorisé mardi le Togo à ratifier l’accord de Paris sur le climat. Un vote obtenu à l’unanimité.