Mali : ça coince

19/09/2012
Mali : ça coince

La cédéao se trouve dans l’incapacité d’envoyer une force militaire au Mali car les conditions ne sont pas réunies, a déclaré mercredi le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré (photo), médiateur pour le conflit malien de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao). C’est le site onutogo.org qui donne l’information.

Pour résumer, les autorités maliennes veulent bien des soldats africains, mais pas à Bamako. C’est, pour l’organisation régionale, un problème à la fois logistique et politique insurmontable. M. Compaoré a, au passage, regretté l’absence de véritable mobilisation de la communauté internationale. 

De fait, la conférence sur le Sahel, prévue le 26 septembre prochain à New York à l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, a désormais moins de sens. Un accord de Bamako aurait facilité le feu vert du Conseil de sécurité ; indispensable pour une intervention militaire de cette nature.

Signalons que le Togo, qui siège au Conseil de sécurité de l'ONU, s'était engagé à fournir un contingent à la force dont l'effectif devait atteindre 3000 hommes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.