Transport : l’intégration reste à faire

14/09/2010
Transport : l’intégration reste à faire

Si la Cédéao et l’Uemoa vantent régulièrement les vertus de l’intégration, sur le terrain, on est encore loin de cet objectif.
Tracasseries administratives, racket et corruption freinent la fluidité des transports terrestres et maritimes, ce qui n’est pas bon pour l’économie ouest-africaine.
Alors quelle stratégie adopter pour faire de l’intégration une réalité ? Vaste question débattue lundi à Lomé par les professionnels du transport autour de Ninsao Gnofam, le ministre togolais en charge du secteur.
Pour le ministre, la source des problèmes vient de la multiplicité des postes de contrôle de police ou de gendarmerie, de la pratique de la surcharge et de l’état de délabrement des routes, notamment.
« Ces handicaps ont des retombées négatives sur les économies et détériorent davantage encore les infrastructures routières des Etats membres, d’où la nécessité de mettre en place une politique commune pour combattre ce fléau », souligne M. Gnonfam.
S’agissant du transport maritime, le cabotage doit être encouragé à condition d’assouplir les contrôles douaniers souvent trop tatillons.
Les professionnels sont réunis pendant deux jours à Lomé pour formuler des recommandations qui seront communiquées aux instances de la Cédéao et de l’Uemoa.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.

Montée en gamme de la médecine togolaise

Santé

L’un des critères retenu par les investisseurs étrangers pour s’implanter au Togo, c'est la qualité des soins.

Les Eperviers en terre égyptienne

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé mercredi, direction l’Egypte. Deux rencontres amicales sont prévues à Alexandrie les 24 et 28 mars prochains.