'Un Parlement des peuples'

22/08/2017
'Un Parlement des peuples'

Komi Selom Klassou

Le Premier Ministre Komi Selom Klassou a ouvert mardi à Lomé la session extraordinaire du Parlement de la Cédéao.

C’est la première fois que l’organe législatif de cet organisation régionale se réunit au Togo.

Les parlementaires issus des 15 pays membres doivent se pencher sur l’acte additionnel relatif au renforcement de leurs prérogatives. Il s’agit de disposer d’un droit de regard sur les questions relatives à la prévention et à la résolution des conflits. Autre dossier qui sera examiné, le budget.

Le Parlement à une influence pour le moment très limitée, mais les chefs d’Etzt veulent doter cet organe d’un statut de décision et non plus celui d’organe co-participatif.

Cette réforme a plusieurs objectifs, a expliqué Marcel Alain de Souza, le président de la Commission de la Cédéao, assurer une bonne gestion financière et administrative de la communauté et protéger les populations dans leurs droits essentiels. 

Notre ambition et celle des 15 Etats membres est de créer un ‘Parlement des peuples’, a pour sa part indiqué Dama Dramani, le président de l’Assemblée nationale togolaise. Pas question cependant de remettre en cause la souveraineté des Parlements nationaux.

Le Togo dispose de 5 sièges au Parlement régional. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.