11 millions de dollars pour lutter contre la piraterie maritime

13/11/2011
11 millions de dollars pour lutter contre la piraterie maritime

La France va consacrer près de 11 millions de dollars pour aider les pays du Golfe de Guinée à lutter contre la piraterie maritime qui sévit dans cette région depuis plusieurs mois. Deux avions de surveillance vont être spécialement affectés pour cette mission.

Quatre pays au moins sont confrontés à ce fléau ; il s’agit du Ghana, du Togo, du Bénin et du Nigeria.

Cette initiative intervient après une série de prises d’otages en mer et une intervention du Conseil de sécurité demandant aux Etats concernés de mettre en commun leurs moyens de surveillance et de lutte.

La actes de piraterie constituent une menace pour les navires et les équipages, mais également pour l’économie des pays de la zone. Les compagnies d’assurance maritime ont fait monter les primes en flèche risquant du même coup de contraindre les armateurs à éviter les ports de la région.

Selon les experts, la plupart des attaques sont l’œuvre de gangs nigerians se déplaçant sur des embarcations rapides le long de la côte entre le Ghana et le Nigeria.

Outre la France, les Etats-Unis ont également promis d’apporter une aide financière et matérielle.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.