Du mieux, mais beaucoup reste à faire

13/09/2010
Du mieux, mais beaucoup reste à faire

La ministre de la Planification et de l’Aménagement du territoire, Dédé Ahoefa Ekoué a rendu public lundi à Lomé le 3e rapport de suivi des Objectifs du millénaire pour le Développement (OMD) et du Cadre d’Accélération de la Réalisation de l’OMD1.
Ces deux documents font le point sur les progrès réalisés par le Togo, mais également sur les obstacles qui subsistent pour atteindre ces OMD.
Côté positif, le ministre de l’Agriculture, Messan Ewovor, a cité le Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire (PNIASA) qui a permis d’améliorer la productivité des petits agriculteurs.
Mme. Ekoué a pour sa part indiqué que le retard pris par le Togo s’explique par la faiblesse des ressources internes, de l’aide internationale et des effets conjugués des crises exogènes et internationales.
La ministre de la planification, a donc plaidé pour l’urgence des pays développés à accroître les ressources pour l’Afrique et en particulier en faveur du Togo.
Les OMD, huit objectifs adoptés lors d'un sommet mondial en 2000, visent notamment à réduire de moitié l'extrême pauvreté en 2015 par rapport à ses niveaux du début du siècle.
Le 20 septembre prochain, de nombreux dirigeants de la planète se retrouveront à New York sous les auspices de l’Onu pour confirmer l’élan mondial en faveur de la lutte contre la pauvreté.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.