Faure reçoit Brigitte Girardin

14/10/2008
Faure reçoit Brigitte Girardin

Brigitte Girardin qui fut ministre de l'Outre-Mer sous le gouvernement Raffarin puis de la Coopération sous de Villepin a pris il y a quelques semaines la présidence de la Fondation Progosa, crée par le groupe espagnol eponyme implanté au port de Lomé.

Selon le site de la société, la Fondation, basée au Togo, « étend son action partout en Afrique de l'Ouest et centrale, avec pour cible prioritaire les populations les plus vulnérables, enfants et personnes âgées en tête ».Mme Girardin séjourne actuellement à Lomé où elle a été reçue lundi par le président Faure Gnassingbé. « Je suis très heureuse de poursuivre l'action de coopération que j'ai entreprise depuis quelques années, et je pense qu'ici au Togo il est important de mener des actions sociales et humanitaires. J'ai recueilli les priorités du président de la république dans ce domaine, et nous allons élaborer des projets sociaux et humanitaires dans ce sens » a-t-elle expliqué.

La création de Fondations par des sociétés commerciales est un phénomène apparu d'abord aux Etats-Unis et qui touche maintenant l'Europe. Elles constituent des outils précieux pour le développement, à côté des bailleurs et des ONG, mais c'est également une stratégie marketing et de lobbying utile pour des entreprises à la recherche permanente de nouveaux marchés.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.