L'Uemoa aide le Togo à lutter contre l'érosion côtière

09/11/2009
L'Uemoa aide le Togo à lutter contre l'érosion côtière

L'Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) entend accompagner le Togo dans sa politique de développement. Elle a déjà lancé plusieurs projets dont un programme de lutte contre l'érosion côtière, la construction de trois cents  forages dans la région des Savanes, de la Kara et la région Maritime ou encore une étude pour le dédoublement de la nationale N°1.

Au cours de la seule année 2009, quatre grands projets ont été financés l'Uemoa. Momboza Halaoui est le directeur général de l'Agence d'exécution des travaux urbains ; il est l'interlocuteur privilégié de l'institution régionale.

Republicoftogo.com : Où en est la coopération avec l'Uemoa et dans quels secteurs ?

Halaoui Momboza :

Il y a d'abord la construction de 300 forages dans trois régions du Togo (Savanes, Kara et Maritime). Les travaux ont été entièrement réalisés dans la région des Savanes il ne reste plus que la région Maritime où tout devrait être achevé d'ici la fin de ce mois.

Ce projet est essentiel pour les populations qui pourront ainsi avoir accès à l'eau potable.

L'autre grand chantier est celui de l'érosion côtière.

Plusieurs études montrent que notre littoral subit inexorablement l'avancée de la mer. Cette situation a amené le gouvernement à prendre des mesures de protection à travers un vaste programme de mise en place des ouvrages de protection comme les épis, les brise-lames pour sauver certaines infrastructures telles que l'hôtel Tropicana, l'usine de concentration des phosphates de Kpémé la ville d'Aného.

Mais toutes les protections installées ne permettent pas de stopper définitivement l'érosion et plusieurs segments de côte continuent de disparaître à une vitesse pouvant atteindre en moyenne 10 mètres par an, ce qui est considérable.

Le Togo a élaboré un programme national de lutte contre l'érosion en 2008 mettant en lumière les zones à risques. Sur cette base, l'Uemoa a accordé un crédit de 400 millions de F cfa pour rénover la berge ouest à l'embouchure du lac Togo, en face de la mairie d'Aného sur une longueur de trois cents mètres. Ces travaux devraient permettre de protéger les habitations et les infrastructures qui sont directement menacées et de réhabiliter la route qui longe la rive.

A l'heure actuelle, les études sont terminées, et nous venons de lancer les appels d'offre pour sélectionner les entreprises qui seront chargées des travaux.

Republicoftogo.com : L'Uemoa a également décidé de financer au Togo une station de pesage de poids lourds. De quoi s'agit-il exactement ?

Momboza Halaoui :

C'est une initiative régionale qui va permettre d'harmoniser les contrôles de gabarit des camions.

Le projet en est à sa phase pilote et couvre quatre pays, la Côte d'Ivoire, le Bénin, le Sénégal et le Togo.

Pour ce qui concerne notre pays, l'Uemoa a mis à la disposition du gouvernement, à travers notre agence, près de 900 millions de F cfa destinés à la construction d'une station à Togblécopé (banlieue nord de Lomé) sur la nationale N°1.

Les travaux devraient achevés d'ici un an.  

Peser les camions et éviter les surcharges permettra, nous l'espérons, de protéger nos routes. C'est important d'autant que le gouvernement a lancé un vaste programme de rénovation du réseau à Lomé et à l'intérieur du pays.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Europe un peu plus abordable

Tourisme

459.000 Fcfa, c’est le prix d’un billet entre Lomé et Paris (ou l’Europe) en ce moment sur Air France.

Votez pour eux !

Culture

Toofan a été nominé aux MTV Africa Music Awards dans la catégorie ‘meilleur groupe’

Comment le numérique va changer la vie des agriculteurs

Tech & Web

A Paris, Cina Lawson a expliqué comment la numérique pouvait s'inscrire dans une logique de développement de l'agriculture. 

'Il n'y a pas de fatalité à la famine'

Développement

Le président Faure Gnassingbé a pris part jeudi à New York à un side event sur le thème de l’élimination de la faim.