L'appel du 18 juin

03/04/2008
L'appel du 18 juin

Le 18 juin prochain, le Togo passera son grand oral à Bruxelles lors d'une table ronde réunissant les bailleurs de fonds européens. Il faudra convaincre du bien fondé de la politique économique et du programme de relance proposés par Lomé. Et pour le Premier ministre, Komlan Mally, c'est l'heure des révisions afin d'être fin prêt pour cet examen décisif. Il veut être le plus convaincant possible pour entraîner l'adhésion des partenaires au développement. Car il ne s'agit pas uniquement de se contenter des aides du Xème FED, mais d'obtenir plus d'argent des bailleurs.

Et ces derniers doivent avoir la certitude que le Togo est sur le bon chemin, échaudés par 15 années d'instabilité politique.C'est pourquoi, le PM a décidé de créer un comité préparatoire qui sera chargé d'élaborer un dossier en béton.

Ce comité rassemble des représentants des ministères clés (Coopération, Aménagement du territoire, Economie & Finances), mais aussi des acteurs de la vie économique togolaise (chefs d'entreprise, experts, etc…). La structure de préparation va bénéficier de l'assistance de la Banque mondiale, de la délégation de la commission de l'Union Européenne au togo, du PNUD et de la BAD.

La politique de réformes menée par le président Faure Gnassingbé depuis 2005 a conduit les partenaires traditionnels du Togo à reprendre leur coopération.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.