Le FIDA reprend sa coopération

10/03/2009
Le FIDA reprend sa coopération

Le Premier ministre Gilbert Houngbo a reçu lundi une délégation de l'Organisation internationale de travail (OIT) conduite par Dramano Aïdara, directeur général adjoint. « Nous avons évoqué les questions  relatives aux normes internationales du travail, à l'emploi des jeunes au Togo, au renforcement des dispositifs de sécurité sociale et à son extension aux couches défavorisées et enfin au dialogue social qui constitue pour nous le cadre indiqué pour débattre de toutes les questions relatives à la vie des citoyens » a déclaré M. Aïdara à l'issue de l'audience.

Le PM s'est également entretenu Mohamed Bihavogui, le directeur du Fonds International de développement de l'agriculture (FIDA). Créé en 1978, cette institution qui fait partie du système des Nations Unies aide à lutter contre la pauvreté rurale en finançant le développement de la production agricole dans les zones démunies. Le FIDA mène régulièrement à bien des projets en collaboration, entre autres avec la Banque mondiale, le PNUD, le PAM et la FAO.« Nous  sommes venus aujourd'hui pour relancer nt la coopération entre le FIDA et le Togo. Ce pays a respecté sa part d'engagement dans ce processus de réformes qui lui avait été demandé  », a expliqué M. Bihavogui.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.