Le Togo veut muscler son partenariat avec le Japon

14/12/2016
Le Togo veut muscler son partenariat avec le Japon

Nouvelles interventions envisagées en 2017

La coopération entre le Togo et le Japon est active et multiforme. Financement d’ouvrages routiers et de ponts, appui au développement social via le Kennedy Roud, aides dans le secteur de l’agriculture ou de la santé.

C’est la JICA, l’Agence de coopération japonaise qui est en charge de l’ensemble des projets.

Une délégation se trouve actuellement à Lomé pour des consultations avec les autorités.

L’occasion de confirmer la livraison l’année prochaine du nouveau port de pêche et des ponts sur les fleuves Kara et Koumongou.

Tokyo s’est également déclaré prêt à construire un Backbone  Lomé – Cinkassé qui permettra de déployer l’internet haut débit sur l’ensemble du territoire par fibre optique. Autre projet, la création d’un data center et d’un centre d’innovation. 

Enfin, le Japon vient d’accorder une aide de 6 milliards de Fca dans le cadre du PUDC (Programme d’urgence de développement communautaire).

‘Les échanges avec la JICA nous ont permis de faire le point sur l’ensemble des critères d’éligibilité devant nous permettre d’accélérer et de faire en sorte que les interventions du Japon soient de plus en plus nombreuses’, a indiqué Kossi Assimaïdou, le ministre de la Planification.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.