Lever de rideau à Sipopo

13/12/2012
Lever de rideau à Sipopo

Le président du Togo, Faure Gnassingbé, participe à partir de jeudi à Malabo (Guinée Equatoriale) au 7e sommet des chefs d'Etat du Groupe des Etats d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP).

Le Groupe ACP compte 75 Etats dont 48 pays d'Afrique sub-saharienne, 16 des Caraïbes et 15 du Pacifique.

Les discussions porteront essentiellement sur la coopération avec l’Union européenne et sur la signature des accords de partenariat économiques (APE) qui doivent remplacer l’accord de Cotonou qui avait lui même succédé à l’accord de Lomé. Les négociations trainent en longueur. Et rien ne dit qu’une conclusion est proche car de nombreux Etats ACP souhaitent désormais diversifier leurs partenaires en se rapprochant des pays émergents (Chine, Inde, Brésil, …).

Les chefs d’Etat et de gouvernement à Malabo présents évoqueront aussi la situation sécuritaire en Afrique avec en priorité la crise malienne, et les dossiers d’actualité comme le réchauffement climatique, l’énergie, l’accès à l’eau ou l’agriculture.

Les travaux se déroulent au Palais des congrès Sipopo, construit il y a un an pour accueillir le sommet de l’Union africaine.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Toute l’expertise des neurochirurgiens allemands

Santé

Natalma Kolani, une petite togolaise de 6 mois, née avec une malformation congénitale rare (méningo-encéphalocèle) pourra être sauvée. 

Réduction d'effectif à Asky ?

Social

La compagnie aérienne Asky, dont le siège est au Togo, envisagerait de procéder à des licenciements, selon un responsable du syndicat autonome des travailleurs de Asky (Synautra).

Boko Haram et Ebola au menu du sommet d’Addis

Union Africaine

Le prochain sommet de l’Union africaine (UA) se déroulera les 30 et 31 janvier prochains à Addis Abeba. Mais les ministres des Affaires étrangères des pays membres sont déjà sur place pour le travail préparatoire.

Ebola : les leçons d’une tragédie

Santé

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a reconnu dimanche avoir été lente à réagir à l'épidémie d'Ebola, et que cela devrait lui servir de leçon pour l'avenir.