Réformer le soutien aux PMA

11/05/2011
 Réformer le soutien aux PMA

La 4e Conférence de l’Onu sur les pays les moins avancés (PMA) se poursuit à Istanbul. Mardi, les délégués ont exprimé le souhait de réformer l’architecture internationale de soutien aux PMA pour permettre à la moitié de ces pays de quitter la catégorie d’ici à 2020. 
Un point de vue partagé par la ministre auprès du président de la République, chargée de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du Territoire, Dédé Ahoefa Ekoué (photo), qui représente le Togo à cette conférence.
« A la chute des flux d’aide publique au développement s’ajoutent les problèmes de la dette extérieure, de la raréfaction des mouvements de capitaux d’investissements et de la baisse continue des niveaux des prix des matières premières, dont beaucoup de PMA tirent l’essentiel de leurs revenus », souligne Mme Ekoué qui ajoute que « les difficultés des PMA sont amplifiées par la flambée sans précédent des prix des denrées alimentaires et de cours des produits pétroliers ».
La plupart des délégations de pays en développement ont rappelé aux pays développés l’engagement qu’ils avaient eux-mêmes pris de consacrer au moins 0,2% de leur PIB à l’assistance aux PMA.
Réagissant sur les besoins particuliers des PMA, le ministre français chargé de la Coopération, Henri de Raincourt, a rappelé que son pays était le troisième contributeur à l’aide au développement des PMA avec 2,3 milliards d’euros.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.