Togo et Ghana coopèrent en grande pompe

09/11/2015
Togo et Ghana coopèrent en grande pompe

4 millions de personnes sont concernées

Appuyés par la Facilité africaine de l’eau (FAE), les gouvernements du Ghana et du Togo ont signé en décembre 2014 un mémorandum d'entente concernant  la construction d'une canalisation destinée à acheminer de l'eau potable depuis Sogakopé (Volta inférieure), au Ghana, jusqu’à la ville de Lomé.

La FAE a offert une subvention de 1,4 millions d’euros au Ghana, destinée aux travaux de préparation technique, juridique et financière du projet, qui fera l'objet d'un partenariat public-privé (PPP). Cette aide de la FAE sera complétée par une subvention de 0,7 million d'euros de la part de la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF).

Les études préalables ont été lancées, notamment celle de faisabilité et d’évaluation de l’impact social et environnemental.

4 millions de personnes, au Togo et au Ghana, bénéficieront d'un approvisionnement amélioré en eau potable une fois le projet réalisé. Il reste à le financer. Son coût est estimé à 100 millions de dollars.

Ibrahim Mahama, le conseiller du président Ghana, s’est entretenu lundi avec Faure Gnassingbé pour évoquer l’avancée du dossier.

Les deux pays espèrent une concrétisation rapide de cette idée qui remonte aux années 70.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.