Un modèle exemplaire de la coopération européenne

25/08/2016
Un modèle exemplaire de la coopération européenne

Nicolas Berlanga Martinez

Fréquentes au Togo, les pluies tropicales provoquent d’importantes inondations, notamment en milieu urbain. Grâce au financement de l’Union européenne des ouvrages de rétention ont été réalisés à Lomé et plusieurs dizaines de kilomètres de caniveaux ont été rénovés. Mais les risques persistent dans certains quartiers. 

C’est la raison pour laquelle l’aménagement d’un 4e lac est en cours ; il devrait être achevé dans 2 ans. Il est financé à hauteur de 43 millions d’euros par l’UE via le Projet d’aménagement urbain du Togo (PAUT).

‘Les travaux avancent bien grâce à la coordination de toutes les entreprises, de la Mairie du 2e arrondissement de Lomé et des services ministériels. Dans 2 ans, les inondations au nord de la zone portuaire seront traitées et drainées. Le projet met aussi un accent particulier sur l'emploi de jeunes peu qualifiés’,  a confié jeudi Nicolas Berlanga-Martinez, l’ambassadeur européen.

Pour le diplomate, le PAUT est l’exemple parfait du modèle européen en matière de coopération. Il privilégie à la fois le renforcement des capacités institutionnelles pour assurer la durabilité des ouvrages, la planification à long terme et l'impact du projet sur la jeunesse et sur les sociétés directement impliquées dans les travaux.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.