Aného, capitale du vaudou

23/10/2007
Aného, capitale du vaudou

La deuxième édition du festival des divinités du vaudou se déroulera du 25 au 28 octobre. Les organisateurs attendent plus d'un millier d'adeptes d'une trentaine de "couvents" du Togo ainsi que du Bénin, du Ghana, du Nigeria, de Côte d'Ivoire et du Brésil. Organisé par l'Association togolaise pour la sauvegarde et la protection du patrimoine culturel africain (Acofin), le festival aura lieu à Aného, à environ 45 km à l'est de Lomé. Il prévoit des projections de films, des conférences-débats, des défilés de mode ainsi que des danses folkloriques du Brésil.

"Le festival des divinités éprouve le besoin d'affirmer et d'assumer notre culture et notre identité", a expliqué Alessi Wilson, porte-parole d'Acofin.Apparu dès la fin du XVIe siècle sur les rives du fleuve Mono qui sépare le Togo du Bénin, le culte vaudou consiste à adorer un Dieu puissant, le "Sègbo Lissa", à travers des divinités représentées la plupart du temps par des mottes de terre.

Plus de 50% de la population togolaise (estimée à 5,5 millions d'habitants) pratique le culte vaudou où se côtoient plus de 150 divinités parmi lesquelles le hêviosso (dieu du tonnerre), le Ogou (dieu du fer) et le Mami Wata (déesse de l'eau).

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.

Administration bien plus rapide

Tech & Web

Le président Faure Gnassingbé a inauguré lundi le réseau e-gouvernement. 560 administrations sont reliées entre-elle par fibre optique.

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.