Aného, capitale du vaudou

23/10/2007
Aného, capitale du vaudou

La deuxième édition du festival des divinités du vaudou se déroulera du 25 au 28 octobre. Les organisateurs attendent plus d'un millier d'adeptes d'une trentaine de "couvents" du Togo ainsi que du Bénin, du Ghana, du Nigeria, de Côte d'Ivoire et du Brésil. Organisé par l'Association togolaise pour la sauvegarde et la protection du patrimoine culturel africain (Acofin), le festival aura lieu à Aného, à environ 45 km à l'est de Lomé. Il prévoit des projections de films, des conférences-débats, des défilés de mode ainsi que des danses folkloriques du Brésil.

"Le festival des divinités éprouve le besoin d'affirmer et d'assumer notre culture et notre identité", a expliqué Alessi Wilson, porte-parole d'Acofin.Apparu dès la fin du XVIe siècle sur les rives du fleuve Mono qui sépare le Togo du Bénin, le culte vaudou consiste à adorer un Dieu puissant, le "Sègbo Lissa", à travers des divinités représentées la plupart du temps par des mottes de terre.

Plus de 50% de la population togolaise (estimée à 5,5 millions d'habitants) pratique le culte vaudou où se côtoient plus de 150 divinités parmi lesquelles le hêviosso (dieu du tonnerre), le Ogou (dieu du fer) et le Mami Wata (déesse de l'eau).

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.