Début de la visite de Xavier Darcos à Lomé

04/04/2012
Début de la visite de Xavier Darcos à Lomé

L’ancien ministre français de la Coopération et de l’Education, Xavier Darcos (photo), est arrivé mardi soir à Lomé pour une visite de deux jours au Togo. 

Il préside actuellement l’Institut Français qui est l’opérateur global du ministère des Affaires étrangères et européennes pour le rayonnement de la culture française à l’étranger. 

Au cours de son séjour il visitera les locaux actuels de l’Institut Français du Togo (IFT, ex-CCF)) où il rencontrera le personnel et découvrira les réalisations du Festival des énergies durables. Il se rendra ensuite sur le site de l’ORSTOM qui accueillera à partir de 2013 l’IFT et le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France 

A l’issue d’entretiens avec les autorités togolaises, M. Darcos ira à la rencontre des artistes togolais à Lomé, Agbodrafo et Aného.  

Il clôturera son séjour par une conférence à l’Université de Lomé sur le thème : « La langue et la culture au service du développement ». 

Du côté français, on indique que cette visite au Togo « marque sa volonté de poursuivre la coopération culturelle française dans le pays et témoigne de l’importance des investissements réalisés par la France, notamment l’aménagement de nouveaux locaux modernes et fonctionnels au service des artistes togolais et du public ». 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L'Allemagne laboure le Togo

Coopération

Depuis la reprise de la coopération avec le Togo, l’Allemagne est particulièrement active dans le secteur de l’agriculture.

Pendant les Evala, la roue tourne

Sport

Coup d’envoi mardi du Grand Prix de la Kozah, une course cycliste qui mènera le peloton de Lomé à Kara (Nord du Togo).

Schéma directeur sur le numérique

Tech & Web

Une étude sur la mise en place d’un schéma d’aménagement numérique vient d'être rendue publique.

Les greffiers à la recherche de solutions consensuelles

Justice

Les greffiers du Togo souhaitent l’ouverture rapide d’un dialogue avec les pouvoirs publics pour discuter de leur statut.