Décès de Bamondi : les condoléances du gouvernement

23/12/2014
Décès de Bamondi : les condoléances du gouvernement

Kouméalo Anaté

Kouméalo Anaté, la ministre des Arts, de la Culture, s’est rendue mardi au domicile de la styliste Blandine Sambiani-Bagnah, alias Bamondi, décédée dimanche. Elle s’est inclinée devant la dépouille de la disparue avant de présenter à la famille et aux proches les condoléances du gouvernement.

'C’est avec consternation que j’ai appris le décès d’une grande dame, une icône de l’art togolais, celle qui a voué toute sa vie à faire connaitre sur la scène internationale la mode togolaise grâce à son concept « BIMOD 228. Le vide qu’elle laisse est immense. Mais en ce temps de Noël, nous croyons que ‎Bamondi n’est pas morte. C’est une nouvelle étoile qui naît dans le ciel et qui continuera à être une source d’inspiration pour de jeunes stylistes africains', a déclaré la ministre.

Formée à Paris, chez Christian Dior, notamment, Bamondi était revenue s’installer au Togo en 1982. En 2008 elle avait lancé ‘Bimode 228’, un festival regroupant les plus grands stylistes d’Afrique.

La dernière édition s’était déroulée en novembre dernier sur le thème prémonitoire, ‘D’une génération à l’autre, l’excellence partagée’.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.

De l'utilité du PUDC

Développement

Un an après son lancement, le PUDC offre un bilan largement positif. Mais ce n'est qu'un début.