Divine surprise

16/12/2012
Divine surprise

La 7e édition du Festival des divinités noires a débuté samedi à Aného. Placé sous le Thème : «Africa is back», il se déroule à Lomé, Glidji et Aného jusqu’au 23 décembre.

Le Nigeria est invité d’honneur avec plusieurs troupes parmi lesquelles les Egugun (culte Yoruba).

La première journée a été l’occasion d’assister aux spectacles de compagnies venues du Brésil, du Bénin, du Nigeria, du Togo, et du Ghana.

Pour l’association Acofin, organisateur de cet événement culturel, l’objectif est d’œuvrer à l’identification, la restauration et la promotion du patrimoine africain. Un enjeu de mémoire, d’appropriation, de réhabilitation et de valorisation.

Créé il y a 6 ans,  le Festival est un espace de rencontres, d’échanges, d’apprentissage, de transmission, d’exploration et de découvertes inédites.

« Depuis 2006,  l’événement s’est installé comme un des grands rendez-vous culturels africains de l’année », explique  Yves Têtê Wilson- Bahun.

Pour cette édition, sont invités des  troupes brésiliennes, françaises et africaines, des artistes de la chanson ouest-africaine qui donneront des concerts live. Au programme également, des défilés de mode, des exposition autour du vaudou, et la vente de produits culturels.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Découvrez l’Afrique de l’Ouest en pirogue

Culture

Une exposition intitulée ‘Blue pirogue’ aura lieu du 30 juin au 30 septembre à l’hôtel Onomo de Lomé. Un voyage initiatique en Afrique de l'Ouest.

Une plateforme commune pour les peuples africains

Union Africaine

Après le vote des députés, le gouvernement a désormais les mains libres pour ratifier l’acte constitutif de l’Union africaine (UA) relatif au Parlement panafricain.

Le Togo, pays inhospitalier pour les trafiquants de drogue

Faits divers

10 tonnes de cannabis, de cocaïne et de méthamphétamine ont été détruits dimanche à Lomé par la police.

Le soutien au Togo ne s’érode pas

Coopération

Le phénomène dure depuis des décennies. Le Togo perd une partie de sa côte rongée par l’érosion.