Divine surprise

16/12/2012
Divine surprise

La 7e édition du Festival des divinités noires a débuté samedi à Aného. Placé sous le Thème : «Africa is back», il se déroule à Lomé, Glidji et Aného jusqu’au 23 décembre.

Le Nigeria est invité d’honneur avec plusieurs troupes parmi lesquelles les Egugun (culte Yoruba).

La première journée a été l’occasion d’assister aux spectacles de compagnies venues du Brésil, du Bénin, du Nigeria, du Togo, et du Ghana.

Pour l’association Acofin, organisateur de cet événement culturel, l’objectif est d’œuvrer à l’identification, la restauration et la promotion du patrimoine africain. Un enjeu de mémoire, d’appropriation, de réhabilitation et de valorisation.

Créé il y a 6 ans,  le Festival est un espace de rencontres, d’échanges, d’apprentissage, de transmission, d’exploration et de découvertes inédites.

« Depuis 2006,  l’événement s’est installé comme un des grands rendez-vous culturels africains de l’année », explique  Yves Têtê Wilson- Bahun.

Pour cette édition, sont invités des  troupes brésiliennes, françaises et africaines, des artistes de la chanson ouest-africaine qui donneront des concerts live. Au programme également, des défilés de mode, des exposition autour du vaudou, et la vente de produits culturels.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

L’ANPE fait le ménage

Social

L'ANPE a lancé mercredi la phase pilote du programme ‘Service à la personne’ (SAP). L’objectif est de former puis de placer 5.000 employés de maison.

Meilleure prise en charge des blessés dans la préfecture de l'Amou

Coopération

Un véhicule anti-incendie et une ambulance ont été offerts au Centre médico-social (CMS) d’Amou-Oblo (préfecture de l’Amou) par l’association ‘Jeunesse En Mouvement’.

Inauguration du Royal Lomé Plazza

Économie

Après plus d’un an de retard sur le calendrier, le Royal Lomé Plazza ouvrira ses portes mercredi. Un soft opening d’un mois est prévu.

30 ans et pas une ride

Culture

‘Et demain l’Afrique’, l’ouvrage de référence publié en 1985 par Edem Kodjo, ancien Premier ministre togolais, connaît une seconde jeunesse.