Endurance, courage et abnégation

30/07/2013
Endurance, courage et abnégation

Le Togo comprend une quarantaine d’ethnies dont les Kabyès de la Kozah, d'extraordinaires paysans, vivant au Nord-Est à près de 430 kilomètres au nord de Lomé.

D’une superficie de 1 075 km2, la Préfecture de la Kozah, chef lieu de la région de la Kara, compte avec la ville de Kara, approximativement 225 259 habitants.

Avec ses 15 cantons pour 111 villages, elle abrite chaque année, au mois de juillet, les luttes Evala (fête d’initiation) qui caractérise ce peuple sur le plan culturel.

Faure Gnassingbé mardi aux Evala

La lutte traditionnelle en pays Kabyè est l'occasion pour les jeunes de se distinguer par leur force, leur endurance et l'élégance de leur danse. Cette cérémonie rituelle se prépare dans la famille dès le mois de Janvier. Elle permet aux jeunes de 18 ans de passer de l'adolescence à la classe des adultes. Ce qui lui confère un statut social avec ses droits et ses obligations.

Désormais, le jeune évalou est apprécié différemment par ses parents et par la société. Formé à l'endurance, au courage et à l'abnégation, qualités qu’il acquiert au cours des parties de chasses organisées chaque année entre mars et avril par sa communauté, le jeune évalou est appelé à défendre son foyer, sa communauté voire son pays.

Les luttes ont exceptionnellement débuté un peu plus tard cette année en raison de la tenue des élections législatives. Le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, est sur place depuis samedi.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.