Evala : il n’y a pas que les luttes

24/06/2011
Evala : il n’y a pas que les luttes

Les luttes traditionnelles des Evala se dérouleront du 16 au 24 juillet dans la préfecture de la Kozah.Depuis six ans, un festival se déroule en marge des combats.

Kao Baobadi est le président du Festival Evala en pays Kabyè (FEPAK). Il donne des détails sur l’édition 2011.

Republicoftogo.com: Quelles nouveautés cette année ?

Kao Baobadi : Les activités seront particulièrement denses et placées sous le signe de l'intégration entre le peuple Kabyè et les communautés étrangères vivant chez nous. 

Nous allons pour la première fois permettre à ces communautés de partager avec nous la joie des festivités Evala en les associant étroitement à toutes les manifestations qui seront organisées dans le cadre de ce festival. 

Les Nigériens, Burkinabès, Nigérians, Guinéens, Maliens et Sénégalais auront un moment pour présenter leurs danses folkloriques au public.

L'autre innovation est le tournoi de football féminin inter-cantons. Un concert musical géant aura lieu au Palais des congrès de Kara pour valoriser les talents musicaux de notre pays. Et comme tous les ans, il y aura une colonie des jeunes enfants issus des différentes régions du Togo. 

Republicoftogo.com: Le festival risque de faire concurrence aux luttes elles-mêmes

Kao Baobadi : Non car la plupart de nos manifestations se déroulent en soirée.

Le site des Evala

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.