Faire connaître l’Afrique dans ses réalités initiatiques

16/11/2011
Faire connaître l’Afrique dans ses réalités initiatiques

C’est le rendez-vous culturel incontournable au Togo. Le Festival des divinités noires s’ouvrira le 15 décembre prochain à Aného en présence de nombreux artistes africains, français et brésiliens.

Tètè Wilson-Bahun (photo), est le créateur et le directeur de cet  évènement qui connaît un succès de plus en plus grand chaque année.

Republicicoftogo.com : Tout est prêt pour cette 6e édition ?

Tètè Wilson-Bahun : Presque. En tout cas, toutes les dispositions sont prises pour que cette édition soit une réussite. Nous avons le soutien du gouvernement et des partenaires ; cela nous encourage et nous pousse à nous montrer encore plus professionnels et mieux organisés. 

Contrairement aux années précédentes il n’y a pas de troupe étrangère à l’honneur, mais une formation bien de chez nous, les Kondonna de Pya dont la qualité est tout à fait extraordinaire. 

Ils véhiculent les valeurs essentielles : bravoure, courage, honnêteté, droiture, dignité, sens de l'honneur. 

Ce Festival a un objectif simple, faire connaître l'Afrique dans sa profondeur, dans ses réalités initiatiques et culturelles qui permettent du mieux comprendre notre mode de vie. 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

CAN 2017 : près d'un milliard a été levé

Sport

Le comité de mobilisation des fonds pour la participation des Eperviers à la dernière Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2017) a publié mercredi ses comptes.

Brassage des cultures

Culture

Une ‘Caravane littéraire’ est organisée du 26 février au 4 mars. Elle se rendra dans 5 villes du Togo, du nord au sud. Un évènement culturel attendu.

La coopération multiforme du PNUD

Coopération

Une mission du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement), dépêchée par le siège, est arrivée en début de semaine au Togo.

Le PGICT aura sans doute une suite

Environnement

Les pouvoirs publics entendent renforcer la gestion des risques d’inondations et de dégradation des sols dans les zones rurales et urbaines.