Faut-il jeter le concert party aux orties ?

26/03/2012
Faut-il jeter le concert party aux orties ?

Le concert party, genre théâtral populaire très en vogue au Togo après les indépendances, a connu un déclin irréversible à partir des années 90.A l’occasion de la première édition du Festival « Plumes Francophones », un débat avait été organisé sur cette question avec la projection du film « Le Principe d’Asihu » du chercheur français Alain Ricard ; un film justement consacré à un groupe mythique de concert-party, le Happy Star, disparu il y a 30 ans.

Le film avait suscité la polémique au sein des jeunes dramaturges et comédiens togolais, dont certains à l’instar de Marc Agbedjidji, estiment « has been » le concert-party. 

Mais d’autres créateurs contemporains s’inspirent du concert-party pour créer une esthétique nouvelle. 

C’est le cas de Frédéric Gakpara, d’Hubert Arouna et de Kangni Alem.

Deux visions totalement opposées, que « Plumes Francophones » se propose d’explorer en compagnie des créateurs.

Retour sur le concert party !

Causerie débat à l’Institut Français du Togo

Mardi 27 mars 2012 à 18h

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.