King Nee, le sheriff de l'industrie musicale

10/10/2011
King Nee, le sheriff de l'industrie musicale

Lawal Saidina Aliou (photo), plus connu sous son nom de scène de King Nee, a créé il y a un peu plus d’un an le Conseil togolais de la musique (CTM), dont l’objectif est d’assurer la promotion de la musique nationale, de protéger les artistes contre le piratage et de mettre fin à certaines pratiques contestables. Le CTM est affilié au Conseil international de la musique.

Republicoftogo.com : Une organisation de plus ?

King Nee : Notre stratégie est simple : mettre en commun nos énergies et nos compétences pour développer le secteur musical au Togo. Nos membres sont des artistes, bien sûr, mais aussi des producteurs, des arrangeurs, des animateurs radio et TV ou des journalistes.

Nous invitons tous les artistes à rejoindre le groupe.

Republicoftogo.com : Comment promouvoir et protéger les artistes dans un univers qui ressemble à une jungle ?

King Nee : Le gros problème des artistes togolais est qu’ils travaillent chacun dans leur coin. Ils ne connaissent pas leurs droits ; ils ignorent combien se faire payer lors d’un concert ; ils n’ont aucune idée des règlements en matière de copyright.

Un seul exemple : certaines stations de télévision à Lomé exigent du chanteur qu’il paye le diffusion de son clip. C’est n’importe quoi et le CTM va y mettre un terme.

Il est important que le milieu artistique puisse vivre de son métier, c’est un minimum.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.