La traite négrière racontée par un Togolais

03/06/2009
La traite négrière racontée par un Togolais

L'écrivain togolais Kangni Alem évoque dans son dernier roman « Esclaves » (éditions Lattès) la traite négrière clandestine entre le Bénin et le Brésil, à la fin du XIXe siècle. Une période marquée par une «désagrégation morale» dont il a voulu analyser la «complexité». Plus on en parlera, plus la mémoire sera apaisée», explique le romancier, qui à passé sept ans à se documenter pour rédiger l'ouvrage.

Kangni Alem est né à Lomé en 1966. Il est titulaire d'un diplôme en sémiologie théâtrale. Il est le fondateur de l'Atelier Théâtre de Lomé, l'une des compagnies les plus avant-gardistes du Togo, avec laquelle il a signé, entre autres, la mise en scène de La Route de Wole Soyinka, Mère Courage et ses enfants de Bertolt Brecht, La Récupération de Kossi Efoui et adapté plusieurs auteurs dont Raymond Cousse, Sony Labou Tansi, et Ionesco. Il a joué avec plusieurs metteurs en scène, notamment Jacques Nichet dans La tragédie du roi Christophe d'Aimé Césaire représentée en 1996 au 50e Festival d'Avignon.Nouvelliste, dramaturge, traducteur, Kangni Alem est également critique littéraire et a enseigné aux universités de Wisconsin-Madison aux Etats-Unis et de Bordeaux-III en France.

Kangni ALEM, Esclaves, JC Lattès, Prix: 18 €

Regarder la vidéo

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Aucune coupure sur le réseau Moov

Tech & Web

Pas de perturbations sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Moov, contrairement à ce qu’ont affirmé les médias.

Des chirurgiens membres de l'Eglise Copte se mobilisent

Coopération

Deux cents patients soufrant d’hernies et de goitre seront pris en charge par des médecins égyptiens.

Les transfusions sanguines n'ont aucun caractère commercial

Santé

La culture de don du sang n’est pas très développée au Togo. Absence d’information et préjugés freinent la collecte.