Mémoire d’un pays

09/02/2013
Mémoire d’un pays

Le gouvernement entend constituer un fonds documentaire pour conserver, entretenir ou restaurer tous les documents qui constituent l’histoire du Togo. Films, journaux télévisés, éléments sonores, photos, journaux, textes officiels, etc… doivent être protégés. Vendredi, le ministre de l’Enseignement supérieur, Octave Nicoué Broohm, a installé les 18 membres du Comité national du programme "Mémoire du Monde"(CN-MoW). Ces personnalités issus du monde universitaire et des médias doivent procéder, en coopération avec l’UNESCO, au recensement et au rassemblement de tout ce qui est susceptible d’avoir une valeur historique. 

Une fois constitué, le fonds documentaire pourra bénéficier du label patrimoine universel de l’UNESCO.

« La mémoire constitue un élément important de la continuité d’un l'Etat et les archives nationales se doivent d’être bien protégées afin qu’elles servent à la génération future », a souligné Goeh Akué, le doyen de la faculté d’histoire aux Universités du Togo

La conservation des archives n’a pas toujours été le souci des autorités. De nombreux souvenirs historiques ont définitivement disparu. Les nouvelles technologies et la numérisation offre aujourd’hui davantage de souplesse.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.

Nomination des nouveaux commissaires

Cédéao

Lomé a accueilli pendant deux jours la 18e session extraordinaire du conseil des ministres de la Cédéao.

Incendie des marchés : six personnes recouvrent la liberté

Justice

Six personnes incarcérées dans le cadre des incendies criminels des marchés de Lomé et de Kara (janvier 2013) ont bénéficié mercredi d’une remise en liberté provisoire.