Retour aux sources

04/06/2010
Retour aux sources

Iya Regina D’osoosi, une brésilienne de 55 ans, qui se présente comme « ambassadrice » du Candomblé (Vaudou en portugais) séjourne depuis quelques jours à Lomé dans le cadre de recherches sur l’histoire des divinités noires et des pratiques ancestrales.
C’est son cinquième voyage au Togo. Elle est accompagnée de Jacqueline, l’une de ses amies
« J’ai déjà rencontré plusieurs prêtres vaudou avec qui j’ai beaucoup discuté. Je suis très fière de savoir que mes ancêtres ont quitté la côte ouest-africaine et togolaise pour le Brésil », a déclaré Regina ajoutant que le Togo est « sa deuxième famille ».
Cette brésilienne a connu le Togo grâce à Wilson Bahun Tettèh, l’organisateur du Festival des divinités noires (ACOFIN) et a promis à ce dernier qu’elle enverrait des troupes se produire lors de la prochaine édition.
« La pratique du vodou au Brésil est très pacifique et le président Lula nous aide vraiment à développer cette culture au sein de la société brésilienne », a encore indiqué Iya Regina D’osoosi.
Après le Togo, elle se rendra au Ghana, au Bénin et au Nigeria.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Au Togo, les Européens développent une diplomatie climatique

Coopération

Les ambassadeurs de France, d’Allemagne et de l’Union européenne se sont retrouvés mardi à Lomé pour parler climat et aide en faveur du Togo.

Caractère imprescriptible des actes de torture

Justice

La torture vise à briser la personnalité de la victime et constitue une négation de la dignité inhérente à l'être humain. 

Le foot togolais achève sa convalescence

Sport

Le congrès de la Fédération togolaise de football (FTF) s’est déroulé samedi à Kara (nord du Togo).

Coup de pouce aux cantines scolaires

Développement

Orabank-Togo a remis un chèque de près de 15 millions de Fcfa pour appuyer le programme de cantines scolaires.