Retour aux sources

04/06/2010
Retour aux sources

Iya Regina D’osoosi, une brésilienne de 55 ans, qui se présente comme « ambassadrice » du Candomblé (Vaudou en portugais) séjourne depuis quelques jours à Lomé dans le cadre de recherches sur l’histoire des divinités noires et des pratiques ancestrales.
C’est son cinquième voyage au Togo. Elle est accompagnée de Jacqueline, l’une de ses amies
« J’ai déjà rencontré plusieurs prêtres vaudou avec qui j’ai beaucoup discuté. Je suis très fière de savoir que mes ancêtres ont quitté la côte ouest-africaine et togolaise pour le Brésil », a déclaré Regina ajoutant que le Togo est « sa deuxième famille ».
Cette brésilienne a connu le Togo grâce à Wilson Bahun Tettèh, l’organisateur du Festival des divinités noires (ACOFIN) et a promis à ce dernier qu’elle enverrait des troupes se produire lors de la prochaine édition.
« La pratique du vodou au Brésil est très pacifique et le président Lula nous aide vraiment à développer cette culture au sein de la société brésilienne », a encore indiqué Iya Regina D’osoosi.
Après le Togo, elle se rendra au Ghana, au Bénin et au Nigeria.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.