Sicka : Baisser de rideau avec Alphady

28/12/2008
Sicka : Baisser de rideau avec Alphady

Le grand couturier nigérien Alphady a bouclé en beauté vendredi, les manifestations marquant la première édition du Salon industriel et commercial de Kara (Sicka 2008). Les mannequins du designer ont fait rêver le public de Kara rassemblé dans la grande salle de banquet du Palais des congrès.  "La mode, c'est ma passion, c'est mon métier" a déclaréAlphady. "Je touve magnifique l'initiative du Sicka, je suis donc venu témoigner mon soutien, mais je suis venu aussi pour rendre hommage aux autorités togolaises, notamment au feu président Eyadéma qui m'a soutenu dans mon combat" a expliqué le magicien de la mode.

"Je suis né au Togo, j'ai grandi au Togo, j'ai eu mon BAC en 1978 à Lomé, comprenez donc qu'entre ce pays et moi il y a une longue histoire d'amour".Alphady, n'a pas caché son admiration pour la ville de Kara. "Je suis ici chez moi, et la ville de Kara se prête bien à mon style de création à savoir des collections qui reflètent l'Afrique, la tradition, la religion de chez nous. je pense que la ville de Kara doit grandir, rayonner à l'image de Paris, Tombouctou ou News York" a encore indiqué Alphady.

Outre Alphady, les spectateurs ont également pu découvrir les créations de la styliste d'origine togolaise Bamondi, initiatrice du festival Bimod.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La FTF assure

Sport

Nouvelle saison. Le championnat de première division débute le 23 septembre avec 7 rencontres à l’affiche.

Les nouvelles tendances du tourisme mondial

Tourisme

Comme chaque année, le Togo sera présent au Salon IFTM Top Resa qui se déroule du 25 au 28 septembre à Paris.

Il est important de savoir d’où l’on vient

Diaspora

Diplômé de l’Ecole de diplomatie et de relations internationales de l’université Seton Hall,  Erick Agbleke vient de passer son été comme stagiaire à l’ambassade américaine à Lomé.

Aného : une nouvelle vie pour la ville tricentenaire ?

Culture

Dans une thèse de doctorat présentée récemment, un étudiant togolais propose d'injecter 700 millions dans la réhabilitation culturelle d'Aného.