Vers une renaissance de Koutamakou

05/09/2017
Vers une renaissance de Koutamakou

Un habitat exceptionnel

Classé au patrimoine mondial de l’Unesco, le site de Koutamakou en pays Tamberma risque de perdre le soutien de l’organisation onusienne et les aides financières qui vont avec.

Selon le bureau régional de l’Unesco basé à Abuja, rien n’est fait pour promouvoir cette destination touristique. Pire, les communautés locales commencent à construire des infrastructures modernes autour de cet environnement protégé.

Pour le moment, l’Unesco observe, mais si les choses ne s’améliorent pas, elle réfléchit sérieusement à retirer le site de sa liste. Une mise en garde adressée au gouvernement et aux résidents.

Apparemment le coup de semonce de l’organisation culturelle a payé.

Les instances dirigeantes du site viennent d’être renouvelées. Le nouveau comité local veut favoriser la gestion et la conservation et mettre en place une économie liée au tourisme qui permette à la population locale d’en profiter.

Cette région de 50.000 hectares située au nord-est du Togo doit son aspect remarquable à ses Takienta, maisons à tourelles qui sont le reflet de la structure sociale, ainsi qu’à ses terres agricoles et ses forêts, et à l’association entre le peuple et le paysage.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Trouver tout de suite !

Santé

Comment trouver l’hôpital le plus proche, une pharmacie, un médecin, un spécialiste ou un laboratoire d’analyses médicales ?

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

En pointe dans l'urgence

Santé

Le Togo dispose depuis quelques semaines à l'hôpital d'Atakpamé d'une unité de traumatologie de pointe. Un film vient d'être réalisé sur ce projet mené avec Israël.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).