Des réponses rapides aux besoins à la base

01/12/2017
Des réponses rapides aux besoins à la base

Le programme de cantines scolaires fournit des leçons concrètes

Le programme de Développement communautaire et des filets sociaux (PDC+) réalisé avec l’appui de la Banque mondiale pendant 5 ans s’est achevé en juillet dernier.

C’est aujourd’hui l’heure du bilan. Il est plutôt positif, selon les responsables de la Banque mondiale ;

‘Après cinq années de mise en œuvre, les résultats du Pdc+ ont été plus que satisfaisants et ont même dépassé les attentes sur plusieurs aspects’, a indiqué vendredi l’institution.

En 2012, le gouvernement avait pour ambition de faire du PDC+ un outil efficace de lutte pour la réduction des inégalités sociales en mettant en place dans les zones les plus pauvres des structures adéquates, permettant aux populations d’avoir accès notamment à l’éducation, aux soins de santé primaire, à l’eau potable et de pouvoir assurer aisément le transport de leurs productions vers des marchés, pour une plus-value de leurs activités.

La philosophie de PDC+ était de doter les communautés bénéficiaires de capacités suffisantes pour leur permettre de prendre en charge leur développement. 

Le programme a permis aux communautés de faire entendre leur voix quant au type d'infrastructures et d’activités dont elles ont besoin pour sortir de la pauvreté. 

Les communautés se sont impliqués directement dans la réalisation de projets qu’elles ont elles-mêmes proposé. C’est en cela que réside le succès de toute l’opération.

Le PDC+ a réalisé près de 300 microprojets dans le domaine des infrastructures de base (bâtiments scolaires, centres de santé, forages, pistes rurales, marchés …).

Autre initiative marquante, la création des cantines scolaires gratuites pour 90.000 enfants.

Quant au programme pilote relatif aux transferts monétaires dans la région des Savanes et celle de la Kara, il a profité à près de 15.000 personnes.

Le PDC+ prouve qu’un filet de sécurité peut avoir recours avec succès à des mécanismes informels existants et impliquant la participation des communautés et de la société civile ceci, dans les Etats fragiles, dans les contextes où la capacité gouvernementale en matière de livraison de services aux communautés vulnérables et défavorisées reste faible et fragmentée, lorsque la présence du secteur public formel est limitée et quand il y a absence de coordination des donateurs dans certaines des régions les plus défavorisées. 

Le programme d’alimentation scolaire à base communautaire du Togo fournit à cet égard des leçons concrètes, non seulement en matière de réponse rapide aux besoins à la base mais aussi d’orientation simultanée des acteurs vers une politique de protection sociale nationale et inclusive.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.