Malnutrition : les programmes gouvernementaux sont trop faibles

26/09/2017
Malnutrition : les programmes gouvernementaux sont trop faibles

Doubler les dépenses d'ici 2025

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la malnutrition touche plus de 16 millions d'enfants de moins de 5 ans en Afrique de l'Ouest.

Les populations de cette région sont cependant moins touchées que d’autres en Afrique subsaharienne.

Il n’empêche, le problème est patent.

Au Togo, 6,7% d’enfants souffrent de malnutrition chronique.

Pour l’OMS qui réunit depuis lundi à Lomé des responsables africains en charge de cette question, les  actions à engager doivent nécessiter un engagement fort des gouvernements, des efforts conjugués avec la société civile et le secteur privé.

Les pays ouest-africains dépensent en moyenne moins de 1 % de leurs budgets aux activités liées à la nutrition.

Ils devront au moins doubler leurs dépenses destinés aux programmes spécifiques de nutrition d’ici 8 ans tandis que les bailleurs de fonds devront appliquer un multiple de 3,5 à leurs dépenses actuelles (situées à environ un milliard de dollars annuels selon le rapport). 

Les dépenses gouvernementales consacrées à des programmes spécifiques à la nutrition restent trop faibles à l’heure actuelle (0,3 % des dépenses publiques courantes dans 24 pays).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.