Malnutrition : les programmes gouvernementaux sont trop faibles

26/09/2017
Malnutrition : les programmes gouvernementaux sont trop faibles

Doubler les dépenses d'ici 2025

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la malnutrition touche plus de 16 millions d'enfants de moins de 5 ans en Afrique de l'Ouest.

Les populations de cette région sont cependant moins touchées que d’autres en Afrique subsaharienne.

Il n’empêche, le problème est patent.

Au Togo, 6,7% d’enfants souffrent de malnutrition chronique.

Pour l’OMS qui réunit depuis lundi à Lomé des responsables africains en charge de cette question, les  actions à engager doivent nécessiter un engagement fort des gouvernements, des efforts conjugués avec la société civile et le secteur privé.

Les pays ouest-africains dépensent en moyenne moins de 1 % de leurs budgets aux activités liées à la nutrition.

Ils devront au moins doubler leurs dépenses destinés aux programmes spécifiques de nutrition d’ici 8 ans tandis que les bailleurs de fonds devront appliquer un multiple de 3,5 à leurs dépenses actuelles (situées à environ un milliard de dollars annuels selon le rapport). 

Les dépenses gouvernementales consacrées à des programmes spécifiques à la nutrition restent trop faibles à l’heure actuelle (0,3 % des dépenses publiques courantes dans 24 pays).

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Merci à Faure Gnassingbé

Cédéao

Le nouveau Premier ministre bissau guinéen, Aristides Gomes, va entamer une tournée ouest-africaine qui le mènera à Lomé.

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.